Lundi 16 Décembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Guinée: violents affrontements à Conakry lors d’un cortège funèbre

De violents affrontements ont eu lieu à Conakry, ce lundi 4 novembre, lors du cortège funèbre qui accompagnait ce matin les corps des victimes des récentes manifestations.

Le cortège partait de la morgue de l’hôpital Sino Guinéen au cimetière de Bambeto, en banlieue de Conakry. La police guinéenne fait état de deux morts.

Le bilan est de deux morts en Guinée à l'issue des échauffourées qui ont opposé, ce lundi, les forces de l'ordre au cortège funèbre des victimes des manifestations du 14 au 16 octobre dernier. C'est la police guinéenne qui dresse ce bilan, évoquant également au moins un blessé. L'opposition, de son côté, fait état d'au moins six personnes blessées.

Le ministre de la Sécurité et de la protection civile a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Il a également donné des instructions pour que des enquêtes soient ouvertes sur les circonstances de ces décès, appelant les Guinéens au calme.

Premiers heurts

Plusieurs milliers de personnes ont d’abord suivi le cortège dans le calme, mais les choses ont dégénéré au niveau du rond-point de Bambeto. Précédé d’une foule compacte et dense, le cortège funéraire se dirige vers la mosquée de Bambeto lorsque les premiers heurts éclatent au niveau du rond-point.

Le gaz lacrymogène se répand dans la masse, surchauffée par un soleil ardent. Les jeunes répliquent par des jets de pierre. La panique est totale. Les canons à eau entrent en action. Des barricades sont érigées, des pneus brûlés.

Les onze corps pénètrent malgré tout dans la mosquée, suivis des principaux leaders de l’opposition politique. Pendant la prière, l’étau se resserre sur le lieu de culte, mais les manifestants parviennent à sortir les cercueils, chacun recouvert d’un drapeau guinéen. Ils prennent la direction du cimetière, de nouveaux tirs de lacrymogènes sont lancés, puis les forces de l’ordre finissent par reculer devant la foule.

De nombreux blessés - certains inconscients - sont évacués par la Croix-Rouge et des véhicules privés. On entend de nombreux tirs. Gendarmes et policiers rentrent dans les quartiers armés de frondes et de pierres en criant notamment « nous allons tous vous tuer » ou encore « vous n’êtes pas des Guinéens ». Deux témoins parlent aussi d’armes à feu. Ils forcent les portes des concessions et procèdent à des arrestations. Les affrontements se sont poursuivis en fin d’après-midi.

Regain de tension

Nouveau regain de violence, donc, après deux manifestations qui s’étaient pourtant déroulées sans problème. Il faut rappeler que la mobilisation a débuté à la mi-octobre par des manifestations d’abord interdites au cours desquelles ont été tués les 11 jeunes enterrés ce lundi. Les condamnations ont été vives à l’international et le gouvernement a semblé jouer l’apaisement puisque la marche suivante avait été autorisée.

Le pouvoir avait même répondu en organisant sa propre manifestation, mais les tensions ont continué à se cristalliser autour de cette question des funérailles. Elles devaient d’abord avoir lieu la semaine passée, dans le centre-ville, mais au dernier moment, le gouvernement a fait savoir que les autopsies n’étaient pas terminées après deux semaines. Puis les corps ont été déplacés d’un hôpital à l’autre provoquant la colère et l’indignation.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Dr Charles Dara à propos de la Dengue : « c’est une maladie contagieuse ! »

Infection virale transmise par la piqûre d’un moustique, la « Dengue » sévit depuis début octobre dans les ménages au point que le département de la santé semble en prendre la mesure et dégainer des astuces préventives et surtout des conduites à tenir.  

Lire la suite

 

Blog

Ibrahim Ikassa Maiga, Enseignant à la Faculté de Droit Privé (USJP/Bamako – Mali) : « Comment comprendre qu’avec cette superpuissante ou hyperpuissante force française militaire, aucun secours ne vient aux soldats maliens »

« Monsieur l’Ambassadeur de France à Bamako,

C’est avec force indignation que je vous ai lu, au fil d’un communiqué faisant état de votre prétendu « étonnement » à propos du secret de polichinelle dont le Très Respecté Salif KEITA s’est fait porteur à l’intention du Président IBK.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L'âge légal de départ à la retraite

12 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019