Mardi 10 Décembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mort d'al-Baghdadi: l’EI a perdu son chef mais pas sa capacité de nuisance

Malgré la mort probable de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, le groupe État islamique reste une organisation dangereuse. Sa capacité de nuisance reste grande en Syrie et en Irak.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

La mort d’Abou Bakr al-Baghdadi dans un raid américain dans la province d’Idleb, comme l'a confirmé dimanche le président Donald Trump, porte un coup dur au groupe État islamique (EI) sur le plan symbolique. Mais la disparition du calife auto-proclamé n’aura sans doute pas de graves conséquences sur les capacités opérationnelles que le groupe EI conserve en Syrie et en Irak.

Les chefs de l’organisation avaient anticipé la chute du califat territorial et avaient pris des dispositions pour poursuivre la lutte en décentralisant le processus de prise de décision militaire.

Entre 2 000 et 4 000 combattants dans le desert de la Badia

Les cellules dormantes de l'organisation poursuivent leur action en se livrant à des assassinats ou des attaques. En Irak, elles s’autofinancent grâce aux dons et en Syrie, elles pratiquent le racket, notamment à l’est de l’Euphrate.

Le groupe radical conserve une présence importante dans le désert de la Badia, qui s’étend du centre de la Syrie à la frontière avec l’Irak, à l’est. Entre 2 000 et 4 000 combattants se trouvent dans cette région, où ils ont stocké armes, munitions et nourriture en grandes quantités. Ils se livrent à une guérilla qui a déjà fait des centaines de morts et de blessés dans les rangs de l’armée syrienne et de ses alliés.

Un mouvement affaibli

« La disparition d’Abou Bakr al-Baghdadi est certes un tournant mais en même temps la carte jihadiste dans la région, elle, est florissante. C’est aujourd’hui des dizaines d’organisations, de groupe jihadistes salafistes qui ne sont pas moins sanguinaires que l’État islamique, explique Hasna Abidi, le directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève. On a bien vu que qu’avec l’éclatement de grandes organisations comme al-Qaïda ou aujourd’hui l’affaiblissement de l’EI après la disparition d’al-Baghdadi, cela ne veut pas dire que les groupes jihadistes vont disparaître. Au contraire, il y aura une multiplication de ces mouvements. Certes, leur menace va faiblir ces prochains mois mais ils n’ont pas encore disparu. »

L'organisation aujourd'hui est en déclin. Elle a perdu beaucoup de ses soutiens dans son fief historique, l'Irak et en Syrie. Elle doit coexister avec cette nouvelle réalité socio-politique.

Les services de renseignements américains avaient mis en garde contre la résurgence du groupe État islamique en Irak et en Syrie, estimant à 18 000 le nombre de combattants du groupe.

Dans le reste du monde, l’impact de la mort d’al-Baghdadi devrait rester limité et essentiellement toucher le leadership du groupe Boko Haram, qui est divisé en deux factions rivales. Celle d'Abubakar Shekau étant farouchement opposée aux jihadistes désignés par Abou Bakr al-Baghdadi, la succession de ce dernier devrait être déterminante pour les jeux de pouvoir au sein de Boko Haram.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Dr Charles Dara à propos de la Dengue : « c’est une maladie contagieuse ! »

Infection virale transmise par la piqûre d’un moustique, la « Dengue » sévit depuis début octobre dans les ménages au point que le département de la santé semble en prendre la mesure et dégainer des astuces préventives et surtout des conduites à tenir.  

Lire la suite

 

Blog

Ibrahim Ikassa Maiga, Enseignant à la Faculté de Droit Privé (USJP/Bamako – Mali) : « Comment comprendre qu’avec cette superpuissante ou hyperpuissante force française militaire, aucun secours ne vient aux soldats maliens »

« Monsieur l’Ambassadeur de France à Bamako,

C’est avec force indignation que je vous ai lu, au fil d’un communiqué faisant état de votre prétendu « étonnement » à propos du secret de polichinelle dont le Très Respecté Salif KEITA s’est fait porteur à l’intention du Président IBK.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Encore une année électorale qui arrive

10 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Guinée: une mission d'évaluation électorale

10 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019