Mardi 31 Mars 2020
Banniere SAma Money

Coronavirus au Mali : 3 nouveaux cas s’ajoutent ce mardi aux 25 déclarés soit 28 cas à ce jour

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Justice internationale: l'épineux cas du mandat d'arrêt contre Simone Gbagbo

La CPI a reçu cette semaine de la part des autorités ivoiriennes les informations sur la situation judiciaire de Simone Gabgo, demandées il y a plus d’un an. Le mandat d'arrêt émis contre l’ex-première dame en février 2012 est toujours actif, mais la Côte d'Ivoire ne l'a jamais exécuté.

Avec notre correspondante à La Haye, Stéphanie Maupas

Les autorités ivoiriennes n'ont jamais exécuté le mandat et elles avaient même demandé à la CPI de se dessaisir de l'affaire, mais avaient été déboutées en 2014. Et en septembre 2018, les juges de la CPI avaient demandé à la Côte d’Ivoire de lui transmettre des précisions sur le dossier judiciaire de l'ex-première dame.

Il a fallu plus d’un an à la Côte d’Ivoire pour répondre à l’ordonnance des juges de la CPI. En septembre 2018, ils ordonnaient aux autorités de leur transmettre des informations sur la situation judiciaire de Simone Gbagbo, notamment pour établir si le mandat d’arrêt émis contre elle était encore valide.

La réponse de la Côte d’Ivoire a été transmise aux juges cette semaine. Elle comprend la décision d’acquittement prononcée par la Cour d’assises d’Abidjan en mars 2017, et son annulation, 16 mois plus tard, par la Cour de cassation. Les magistrats ivoiriens avaient ordonné, dans la foulée, la conduite d’un nouveau procès.

Mais en août 2018, le président Alassane Ouattara signait une ordonnance d’amnistie en faveur de 800 détenus, dont l’ex-première dame. C’est donc un mois plus tard que les juges avaient réclamé des précisions.

Forts des réponses ivoiriennes, les juges de la CPI doivent désormais trancher un dilemme épineux : laisser courir un mandat d’arrêt que les autorités refusent d’exécuter ou renvoyer l’affaire à la justice ivoirienne, mais dès lors valider une amnistie contraire à l’esprit même de la Cour.

L’ex-première dame est suspectée de meurtres, de viols et de persécutions commis lors des violences qui avaient suivies l’élection présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Haro sur les Sotrama : Vivement un autre concept, des minibus avec des arrêts précis pour prendre le relai

Le caractère « accidentogène » des Sotramas provoque de plus en plus l’ire de la population urbaine. 

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme et alors que les preuves de son innocence ont été rendues publiques depuis plusieurs semaines, le journaliste béninois Ignace Sossou est toujours en prison et son procès en appel n’a pas débuté. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Coronavirus: le monde ne sera plus le même

30 Mars


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: au lendemain des élections législatives

30 Mars

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020