Jeudi 09 Avril 2020
Banniere SAma Money

Covid-19 au Mali :

+ 15 nouveaux cas ce jeudi 09 avril, soit 74 malades du coronavirus

+ 7 Décès

+ 22 patients guéris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Huawei sollicité pour espionner l'opposition en Ouganda et en Zambie

Huawei de nouveau dans la tourmente, mais cette fois-ci en Afrique. Le Wall Street Journal a publié ce mercredi 14 août une enquête sur des liens entre des gouvernements africains et des employés locaux de la firme chinoise.

Dans le viseur du journal américain, l'Ouganda et la Zambie. Les autorités de ces deux pays ont demandé de l'aide pour obtenir des informations privées d'autres hommes politiques. L'objectif : maintenir les régimes actuels en place, et éliminer l'opposition.

Ces employés de Huawei ont piraté les téléphones de leurs cibles grâce à Pégasus, un logiciel espion israélien. Celui-ci permet d'accéder aux messages, d'activer le microphone ou encore d'enclencher l'appareil photo du mobile infecté.

En Ouganda, l'affaire remonte à 2018. Les autorités de Kampala ont fait appel à des techniciens pour hacker les comptes WhatsApp et Skype de Bobi Wine. Le chanteur, devenu député en juin 2017, est un virulent détracteur du président Yoweri Museveni. L'objectif était alors de contrer cette figure montante de l'opposition.

Sans donner plus de précisions, le gouvernement a confirmé avoir des liens avec Huawei. Il explique que ses techniciens travaillent avec la police et les services de renseignements à des fins de sécurité nationale.

En Zambie, les employés de la firme chinoise ont aidé à retrouver la trace de blogueurs critiques du président Edgar Lungu. Ils ont piraté téléphones et pages Facebook afin de pouvoir les géolocaliser, et permettre leur arrestation.

Là aussi, les autorités ont répondu au Wall Street Journal. Elles admettent travailler en collaboration avec Huawei, mais pas à des fins d'espionnage, seulement pour repérer les auteurs de « Fake News ».

Dans son enquête, le journal américain précise que tous ces agissements ont eu lieu localement. Aucun élément ne permet d'établir que les cadres de l'entreprise en Chine étaient au courant des faits.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Me Mountaga Tall à propos du Conseil des ministres par visioconférence : "Le Gouvernement, pour se protéger contre le Coronavirus se barricade derrière les écrans pour délibérer. Bravo !

Sauf qu'au moment, le même Gouvernement envoie les malien(nes) s'agglutiner aux meetings électoraux et dans les bureaux de vote. Le droit à la santé et à la vie ne vaut-il pas pour tous ?"

Blog

Hommage de Birama Konaré, écrivain, à Soumaïla Cissé et ses compagnons : « Il faut agir pour faire tomber la distance entre Soumaïla Cissé et nous »

« Nous sommes tous à Nianfunké jusqu’à ce que vous nous reveniez

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Distanciation sociale

09 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Niger : l'affaire de l'audit du ministère de la Défense

09 Avril

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020