Lundi 06 Avril 2020
Banniere SAma Money

COVID-19 au Mali : 02 nouveaux cas, soit 47 cas à ce jour lundi 06 avril dont 5 décès et une guérison 

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le décès de DJ Arafat «va susciter un vent de réconciliation» en Côte d’Ivoire

Les hommages en l’honneur de DJ Arafat se poursuivent en Côte d’Ivoire et à travers le monde. La star a fait rayonner le coupé-décalé sur le continent africain et au-delà.

Ses fans, que DJ Arafat appelait « les Chinois » en raison de leur grand nombre, lui rendent hommage depuis sa disparition soudaine suite à un accident de moto, et notamment sur les réseaux sociaux.

« Depuis hier, on n’a jamais vu autant de photos d’un artiste décédé sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Instagram ou Facebook, analyse Mory Touré, animateur de la webradio culturelle Radio Afrika et chroniqueur sur RFI. Hier ce qu’on a vu sur les réseaux sociaux, ça dépassait l’entendement. Tout le monde voulait savoir, que ce soit la diaspora africaine du côté des États-Unis, de l’Asie, de l’Europe. C’est venu un peu de partout. »

Mory Touré rappelle que la star avait une aura internationale. « Il ne faut pas oublier qu’Arafat jouait partout. Il avait des tournées européennes, des tournées africaines. Il mettait du monde dans des stades, dans plusieurs capitales africaines que ce soit des capitales anglophones, lusophones. Arafat a amené le coupé décalé où le coupé décalé n’est jamais arrivé. Le succès, la vitalité aujourd’hui que la Côte d’Ivoire a sur le plan international musical, on le doit aussi à Arafat. D’où l’hommage que ses pairs s’apprêtent à lui rendre, mais aussi le monde de la musique ».

Vent de réconciliation

Au niveau officiel ou très local, chacun dit sa peine devant la disparition soudaine de l'ambassadeur du coupé-décalé. Jusqu'au sommet de l’État, la Côte d'Ivoire est mobilisée autour de la figure du DJ défunt.

« Le mentor d’Arafat n’est d’autres que le ministre d’État, Hamed Bakayoko, souligne l'animateur radio. C’est lui qui était à son chevet aux premières heures de son accident. Et on a vu récemment le Premier ministre de la Côte d’Ivoire qui avait mis un post sur Instagram qui rendait hommage à ce jeune homme. Et même le président de la République. »

Cette disparition semble fédérer aujourd'hui de nombreux Ivoiriens et qui pourrait peut-être contribuer à réconcilier le pays, estime Mory Touré. «La mort d’Arafat va susciter un vent de réconciliation en Côte d’Ivoire parce qu’il y a deux choses aujourd’hui que la Côte d’Ivoire recherche, c’est sa réconciliation et sa stabilité. Et ça part de deux faits : le sport avec le football et la musique. Et on espère que les hommages que l’État ivoirien est en train de lui préparer va peut-être consolider encore cette réconciliation tant recherchée par la Côte d’Ivoire ».

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Serge Coulibaly, journaliste, à propos du Covid-19 : « Ceux qui n’y croient pas creusent la tombe de leurs concitoyens et concitoyennes »

« L’irréparable me sépare des théoriciens qui continuent de croire que coronavirus est une pure invention.

Lire la suite

Blog

Hommage de Birama Konaré, écrivain, à Soumaïla Cissé et ses compagnons : « Il faut agir pour faire tomber la distance entre Soumaïla Cissé et nous »

« Nous sommes tous à Nianfunké jusqu’à ce que vous nous reveniez

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Il y a confinement et confinement

02 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Coronavirus: RFI vous donne la parole !

03 Avril

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020