Lundi 06 Avril 2020
Banniere SAma Money

COVID-19 au Mali : 02 nouveaux cas, soit 41 cas à ce jour samedi 04 avril

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Sénégal: tension sur la ligne entre l'État et la Senelec

La Société sénégalaise d’électricité (Senelec) est dans une mauvaise passe. C’est en tout cas ce qu’affirme le syndicat des travailleurs de l’électricité, accusant l’État de ne pas honorer une dette de 247 milliards de francs CFA envers cette entreprise publique.

De son côté, la Senelec refuse de dramatiser la situation.

Au Sénégal, l’accès à l’électricité passe par les hydrocarbures, dont le prix est plafonné par l’État, afin d’alimenter ses centrales. Cela a ainsi créé un trou budgétaire dans les comptes de l’entreprise, ce dont s’alarme Habib Aïdara, le secrétaire général du syndicat des travailleurs de l’électricité.

« Dernièrement, nous avons eu à faire les comptes. L’État nous doit une ardoise de 247 milliards. C’est énorme, c’est presque le chiffre d’affaire annuel de Senelec. Si des mesures ne sont pas prises, certainement, à partir de la semaine prochaine, on va aller vers des délestages importants. »

Ici, tout le monde a en mémoire les émeutes de l’électricité de 2011, alors que le délestage était quotidien. À la Senelec, on se veut rassurant. « Nous ne sommes absolument pas aujourd’hui dans les prémices d’un délestage accentué. Nous sommes dans une situation assez dégagée avec une société qui normalement fonctionne avec ses encours, ses dettes, ses clients qui lui doivent de l’argent et qui doivent de l’argent à ses fournisseurs. Tout ça pour moi c’est du quotidien », explique Hamidoune Diagne, responsable de la communication de l’entreprise.

Une électricité continue, cela a un coût. Et même pour Momar Ndao, président de l’association des consommateurs sénégalais, il faut faire un effort de toute part. « Puisque nous avons obtenu récemment une baisse de 10% sur le prix de l’électricité, il serait raisonnable qu’on puisse avoir un petit ajustement qui permette de faire fonctionner l’entreprise. »

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Serge Coulibaly, journaliste, à propos du Covid-19 : « Ceux qui n’y croient pas creusent la tombe de leurs concitoyens et concitoyennes »

« L’irréparable me sépare des théoriciens qui continuent de croire que coronavirus est une pure invention.

Lire la suite

Blog

Hommage de Birama Konaré, écrivain, à Soumaïla Cissé et ses compagnons : « Il faut agir pour faire tomber la distance entre Soumaïla Cissé et nous »

« Nous sommes tous à Nianfunké jusqu’à ce que vous nous reveniez

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Il y a confinement et confinement

02 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Coronavirus: RFI vous donne la parole !

03 Avril

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020