Dimanche 26 Mai 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Algérie: alors que la mobilisation ne faiblit pas, quelles perspectives

En Algérie, malgré des appels à la vigilance formulés par les autorités, les manifestations du vendredi 1er mars ont réuni beaucoup plus de monde que celles de la semaine dernière.

D’est en ouest, du nord au sud, les Algériens ont manifesté globalement dans le calme, contre un 5ème mandat du président Bouteflika. Que va-t-il se passer désormais ? L’ampleur de ces mobilisations ne peut pas laisser les autorités indifférentes.

Cette semaine, le Premier ministre a insisté : le président Abdelaziz Bouteflika sera candidat et il appartiendra aux électeurs de trancher. Et tout semble d'ailleurs prêt pour lancer la campagne électorale du président sortant.

Bouteflika : 82 ans ce samedi

Les candidats à l’élection présidentielle ont jusqu’à dimanche pour déposer leur dossier de candidature et le délai semble trop court pour trouver un autre candidat.

Le président Abdelaziz Bouteflika, qui a 82 ans ce samedi, est hospitalisé à Genève depuis plus de cinq jours. Il devra rentrer pour déposer son dossier.

Mais, la mobilisation est une donnée supplémentaire dans l’équation. D’abord, dans un pays où les manifestations ont rarement rassemblé plus de 5 000 personnes ces six dernières années, la mobilisation de centaines de milliers de personnes à travers tout le pays est un signal fort. Mais surtout les autorités ne cessaient de répéter qu’il fallait être vigilant, face aux dérapages, que l’Algérie était attachée à la paix. Mais dans tout le pays, les choses se sont globalement passées dans le calme.

Quelle alternative politique ?

Mais si la mobilisation est importante, elle a besoin d'un relais politique, pointe Hasni Abidi, politologue, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève. Or « aujourd’hui, ni les partis politiques qui existent, ni les figures politiques, ne sont en mesure de prendre ce relais ». Et d'ailleurs les manifestants ne veulent pas que les hommes politiques se mêlent en tant que partis dans cette manifestation, ajoute le chercheur. « Il y a un rejet des manifestants de toute offre politique existante ».

Du coup, le pouvoir est dans une impasse. Le président Bouteflika, pendant deux décennies « a tout fait pour éliminer toute alternative politique, il a miné de l’intérieur les partis politiques... Il est très difficile de trouver un plan B pour rassurer les Algériens, d’autant plus qu’il ne s’agit pas seulement de renoncement, de dire non... c’est un changement radical que les Algériens vont demander. Mais qui va piloter cette transition, ce changement ? Ça, c’est une grande question ».

Un printemps algérien ?

L'Algérie vit-elle son printemps arabe ? Selon Pierre Vermeren, professeur d'histoire du Maghreb contemporain à l'université Paris I, on en est encore loin. Dune part l’Algérie est un pays «qui a déjà vécu des aventures politiques extrêmement douloureuses, extrêmement meurtrières», d'autre part, «c’est un peuple qui a une grande maturité politique. Donc, je pense qu’ils ne sont pas du tout dans l’état d’esprit des foules libyennes, par exemple...  Là, il y a un objectif très précis, c’est une demande sur cette question du 5ème mandat».

Mais pour autant, «les Algériens ne se font pas trop d’illusions, ils savent très bien que c’est un système de pouvoir très compliqué, en même temps puissant, qui est légitimé par l’histoire, avec un appareil d’Etat extrêmement solide. Donc, je pense qu’il ne faut pas aller trop loin. Mais simplement, il est évident que, quand vous avez des foules importantes qui sont rassemblées dans une situation de frustration politico-économique, ça finit évidemment par déborder du cadre ».

Source: RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Un homme, une voix [rediffusion]

23 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2019