Mardi 19 Février 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tchad: l'état-major français confirme de nouvelles frappes contre une colonne armée

La France poursuit ses bombardements dans le nord-est du Tchad. L'état-major des armées françaises a confirmé ce mercredi soir avoir mené une série de frappes aériennes entre dimanche 3 février et ce mercredi 6 février.

L'Union des forces de la résistance, mouvement rebelle tchadien, affirme que ces frappes ont visé ses troupes, dans la zone d'Amdjarass, dans la région de l'Ennedi.

L'état-major français confirme avoir mené des frappes dans le nord-est du Tchad contre l'incursion d'une colonne armée entre le 3 et le 6 février. Des interventions menées « en réponse à la demande des autorités tchadiennes ».

« Partie de Libye, la colonne armée, forte initialement d’une cinquantaine de pickups, n’a pas répondu aux avertissements dissuasifs et aux frappes des forces aériennes tchadiennes les 1er et 2 février puis des forces aériennes françaises le 3 février. Face à cette situation, les autorités tchadiennes et françaises ont décidé de nouvelles frappes, conduites par des Mirage 2000 les 5 et 6 février », indique le communiqué de l'état-major français, qui précise : « L’action des Mirage 2000, engagés depuis la base de Ndjamena, appuyés par un drone Reaper, a permis au total de mettre hors de combat une vingtaine de pickups ».

Objectif affiché de ces bombardements donc : contrer l'incursion d'une colonne armée en territoire tchadien. Le raid de cette colonne étant, selon les autorités françaises, de nature à déstabiliser le pays.

« Nous allons continuer de progresser vers Ndjamena »

L'état-major des armées ne cite pas le groupe visé, l'Union des forces de la résistance, un mouvement rebelle tchadien dirigé par Timan Erdim, neveu du président Déby.

Mais de son côté, le porte-parole en Europe de l'UFR, Youssouf Hamid, affirme que ce sont bien les positions de son groupe rebelle qui étaient visées. Selon lui, les militaires français ont mené quatre frappes lundi, trois autres mardi et au moins 8 ce mercredi. Toutes dans la zone d'Amdjarass, dans la région de l'Ennedi. Il dénonce « une ingérence inacceptable » de la France dans les affaires tchadiennes.

Le porte-parole fait état de plusieurs morts et blessés dans les rangs de l'UFR. Des dégâts matériels sont également à déplorer, selon lui. Ce qui n'entrave en rien la détermination du groupe. « Nous allons continuer de progresser vers Ndjamena », explique Youssouf Hamid. L'objectif, précise-t-il, est de mettre en place « un gouvernement de transition réunissant toutes les forces vives du pays » et « d'organiser des élections ». Sans quoi, il n'y aura pas - selon l'UFR - de réconciliation nationale possible.

Le mouvement armé n'en est pas à son coup d'essai. En 2008 déjà, l'UFR avait mené un raid depuis le Soudan. Ses combattants étaient arrivés jusqu'aux portes de Ndjamena avant d'être repoussés in extremis par le régime.

La classe politique tchadienne divisée

Ces frappes divisent en tout cas la classe politique tchadienne et la tension est montée d'un cran mercredi à Ndjamena. Alors que l'opposition unanime dénonce une intervention « dangereuse » et « illégitime » de la part de la France, le parti au pouvoir se défend en qualifiant la rébellion tchadienne de « terroriste », et accuse l'opposition de « collusion » avec l'UFR. Et il demande désormais au gouvernement d'agir.

C'est le pouvoir tchadien qui se comporte comme un pouvoir terroriste : tout Tchadien qui n'est pas d'accord avec le MPS [le parti au pouvoir, NDLR] est terroriste.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Redevenir opposant historique

18 Février 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Libye : que reste-t-il de la révolution de 2011 ?

18 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2019