RDC : le renvoi de l’ambassadeur de l’UE est un « acte arbitraire », affirme Federica Mogherini

Publié le 29 décembre
Source : Jeune Afrique

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a qualifié d'"arbitraire" et de "contre-productive" la décision de Kinshasa qui a ordonné jeudi le départ sous 48 heures du représentant de l'UE en RDC, dans un communiqué vendredi.

Le gouvernement de la République démocratique du Congo « a sommé l’ambassadeur représentant l’Union européenne de quitter le pays. Rien ne saurait justifier cet acte arbitraire », déclare Mme Mogherini dans ce communiqué.

« L’UE est un partenaire de premier plan de la RDC et de sa population en y maintenant une coopération importante. A la veille d’élections cruciales pour le pays, elle estime que cette décision est totalement contre-productive, nuisant aux intérêts de la population », poursuit la haute représentante.

La décision de la RDC avait déjà été jugée « totalement injustifiée » jeudi soir par un porte-parole de l’UE. Sept organisations congolaises de défense des droits de l’homme ont dénoncé vendredi cette décision.

Il s’agit d’une mesure de rétorsion de la RDC après le prolongement des sanctions européennes qui visent 14 officiels congolais dont le candidat du pouvoir à l’élection présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadary.

Vers un réexamen des sanctions ?

Sur ce point, « l’UE tient à rappeler que ces mesures sont liées aux violations des droits de l’homme et aux obstacles créés à une sortie pacifique de la crise en RDC », ajoutant que ces sanctions « seront à nouveau examinées compte tenu des élections en RDC, en les adaptant éventuellement en conséquence ».

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a de son côté jugé que la décision frappant le représentant de l’UE, le Belge Bart Ouvry, n’avait « aucun sens » et l’a jugée lui aussi « totalement arbitraire », vendredi soir sur RTLTV.

« J’espère que l’issue (du scrutin) n’est pas connue, que les machines à voter vont fonctionner correctement, que l’on pourra dès lors avoir vraiment un choix très libre de la part des citoyens », a-t-il ajouté, regrettant qu' »un grand nombre de citoyens congolais n’auront pas l’occasion de voter dimanche ».

Le scrutin a été reporté à Beni-Butembo, officiellement en raison du virus Ebola et des tueries de civils, ce qui exclut 1,2 million d’électeurs sur 40 millions.

Source: Jeune Afrique

Commentez avec facebook