Dimanche 16 Juin 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Madagascar: Rajoelina élu président selon les résultats officiels provisoires

A Madagascar, les résultats officiels provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante donnent Andry Rajoelina gagnant de l'élection présidentielle du 19 décembre.

L'ancien président de la Transition est arrivé en tête avec 55,66% des voix. Son adversaire Marc Ravalomanana obtient 44,34% des suffrages. Andry Rajoelina, 44 ans, est bien connu des Malgaches, puisqu'il a déjà été maire de la capitale en 2007 et a dirigé le pays pendant cinq ans, de 2009 à 2013.

A Madagascar, Andry Rajoelina remporte la présidentielle. Les résultats provisoires ont été annoncés par la Commission électorale : l’ancien président malgache bat son rival, un autre chef d’Etat, Marc Ravalomanana.

C’est un résultat sans surprise : Andry Rajoelina arrive en tête, avec 55,66% des voix et Marc Ravalomanana obtient lui 44,34% des voix. Quant au taux de participation, il est plus faible qu’au premier tour, s’élevant à 48%.

La cérémonie de proclamation des résultats s’est déroulée dans les locaux de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pendant une heure et demie, sous une chaleur de plomb et un parterre bondé. Etaient présents l’ambassadeur de France, la mission d’observation électorale de l’Union européenne, l’Union africaine et l’ambassadeur de Chine, entre autres.

Ravalomanana va déposer un recours

Andry Rajoelina était lui assis au premier rang, le visage fermé, cheveux gominés et cravate orange –  la couleur de son parti. A côté de lui se trouvait une chaise vide, prévue pour Marc Ravalomanana, absent de la cérémonie lors de la proclamation des résultats.

Le vainqueur selon les résultats provisoires s’est ensuite exprimé rapidement en malgache à l’issue de la cérémonie. Il a remercié la population et a appelé à l'apaisement jusqu'à la proclamation des résultats définitifs par la Haute Cour constitutionnelle.

« Je remercie tout le peuple malgache qui m’a donné sa confiance et même pour vous qui avez voté pour un autre candidat, a-t-il déclaré. Voilà mon message : on a besoin de calme. Le peuple malgache n’a pas besoin de troubles. Les Malgaches ont besoin d’un leader qui a la sagesse, un leader qui rassemble et uni tout le peuple malgache. Et je remercie tout le peuple malgache car les yeux du monde entier sont tournés vers nous actuellement. »

Andry Rajoelina a également répondu aux accusations de fraude de la part de son challengeur : « Je ne suis pas un tricheur, je ne sais pas tricher. J’ai mené au premier tour comme au second. »

Le plus important, c'est que le peuple malgache a pu démontrer en toute liberté son choix.

Marc Ravalomanana l'avait d’ores et déjà annoncé, avant même l’annonce des résultats : il va déposer un recours auprès de la Haute Cour constitutionnelle et son absence n’en laisse aucun doute.

A 19h, heure locale, peu après l'annonce des résultats, son équipe a tenu une conférence de presse à son quartier général. Marc Ravalomanana n'était pas présent. Ses représentants contestent les résultats de la Céni et lui reprochent de ne pas être indépendante. Il l'accusent d'avoir entravé le processus de confrontation des procès-verbaux de l'équipe légale de Marc Ravalomanana et de s'être précipitée. Initialement, la proclamation des résultats devait avoir lieu le 1er janvier, et c'est pour cette raison, expliquent encore les représentants de Marc Ravalomanana, que personne n'a assisté à la cérémonie de ce jeudi.

Il a deux jours à partir du soir de l’annonce, donc jusqu’au samedi 29, pour déposer ses recours auprès de la Haute Cour constitutionnelle, la seule entité capable de trancher les litiges électoraux comme bourrage d’urnes ou fraudes à la carte d’identité. Son équipe légale assure que l’élection n’est pas régulière. La proclamation des résultats définitifs et des résultats des litiges est attendue pour dans neuf jours.

De président non élu à chef de l'Etat choisi démocratiquement

Passer de président non élu à chef de l'Etat choisi par les Malgaches voilà le pari réussi pour Andry Rajoelina. Surnommé « Zandry Kely » (« le petit gars ») par ses sympathisants ou encore « TGV » pour son côté fonceur, il prend la tête du pays à seulement 34 ans, en 2009. Fils de colonel, il est le meneur des manifestations qui poussent Marc Ravalomanana, alors président de la République, à la démission. Une prise de pouvoir, soutenue par les militaires, qualifiée de coup d'Etat par la communauté internationale. Un terme que le principal intéressé a toujours réfuté depuis son retour sur la scène médiatique il y a près d'un an.

« Nous pouvons rétablir une vérité, a-t-il déclaré. Tout le monde connaît la définition du mot "putschiste". C'est quelqu'un qui prend le pouvoir en utilisant des armes et l'armée. Ce n'est pas ce qui s'est passé. Je ne suis pas un putschiste, Andry Rajoelina est un révolutionnaire et un patriote ».

Empêché de se présenter en 2013

Avant d'entrer en politique, ce patron de sociétés publicitaires était aussi connu comme organisateur de soirées. Critiqué pour son inexpérience pendant ses 5 ans à la tête de la Haute Autorité de la Transition, il s'est efforcé pendant sa campagne électorale de convaincre les Malgaches qu'il était « prêt à sauver le pays ». « Je n'étais pas prêt en 2009. Mais le Andry Rajoelina de 2018, ce n'est pas le Andry Rajoelina de 2009. J'ai surmonté des épreuves. J'ai changé. Je me suis préparé et je suis prêt maintenant ! »

Une revanche pour celui qui n'avait pas été autorisé à se présenter à la présidentielle de 2013 et avait alors soutenu le président sortant, Hery Rajoanarimampianina.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi le développement ?

13 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

14 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2019