Dimanche 18 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Algérie: Abdelaziz Bouteflika candidat en 2019, selon le chef du FLN

 « Le candidat du FLN en 2019, c'est Abdelaziz Bouteflika », a affirmé ce dimanche le secrétaire général du parti majoritaire et historique du pays, Djamel Ould Abbès, qui s'exprimait devant le Parlement algérien, à l'occasion de l'investiture du nouveau chef de groupe FLN à l'Assemblée.

Le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, briguerait donc un cinquième mandat.

Djamel Ould Abbès, le secrétaire général du FLN, était face aux députés de son parti ce dimanche, pour l'investiture du nouveau chef de groupe parlementaire. Dans son discours, il a déclaré : « Au FLN, nous n'avons qu'un choix. Le candidat en 2019, c'est Abdelaziz Bouteflika ». Il a ensuite été longuement applaudi.

Djamel Ould Abbès avait déjà affirmé au mois de juillet que tous les militants souhaitaient que le président se présente à nouveau pour un cinquième mandat.

Un député de l'opposition, joint par RFI, estime que cette déclaration est un signal pour mobiliser les forces politiques favorables au pouvoir. Pour les politologues du pays, il y a peu de doute sur un mandat supplémentaire : il aura lieu si le président de 81 ans, qui souffre des séquelles d'un AVC survenu en 2013, est toujours en vie lors de l'élection.

En 2014, c'est le Premier ministre de l'époque, Abdelmalek Sellal, qui avait annoncé la candidature du président. Mais cette annonce n'était arrivée qu'au mois de février. Abdelaziz Bouteflika avait été réélu avec plus de 81% des voix.

Une annonce qui intervient à un moment de crise au Parlement

Afficher son soutien inconditionnel au président de la République. Depuis des mois, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, répète qu’il considère que le bilan d’Abdelaziz Bouteflika est très positif, que malgré ses problèmes de santé, c’est bien lui qui gouverne le pays, et qu’il souhaite que le président soit encore candidat. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’annonce faite ce dimanche.

Mais, alors que la crise au Parlement dure depuis plusieurs semaines, et que le président de l’Assemblée nationale s’est vu déchoir de ses responsabilités, en dehors de tout cadre légal, et malgré son appartenance à la majorité, l’annonce du chef du FLN est aussi un indice de plus sur le climat de tension en cette époque de succession.

L’affaire de la cocaïne du port d’Oran, la mise en détention de plusieurs généraux et les destitutions de hauts cadres sécuritaires, considérés comme proches du président Bouteflika, semblent montrer que les règles ont changé et qu’il faut désormais montrer une loyauté à toute épreuve si l’on veut faire partie du scénario de la succession.

Ils veulent négocier leur part du gâteau, leur participation, la forme que va revêtir la proposition de cette candidature...Tout est en train de se négocier à l'intérieur même du système...

Analyse du sociologue Nacer Djabi, signataire d'une lettre ouverte demandant au président de renoncer à ce projet

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018