Dimanche 18 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Migrants: la pression s’accentue sur Ceuta et Melilla

Un migrant est mort dimanche matin dans l'enclave de Melilla après avoir traversé, avec environ 200 personnes, la clôture avec le Maroc. Depuis la fermeture progressive de la route libyenne vers l'Italie, le Maroc est devenu le premier pays de transit des migrants en Méditerranée.

Et la pression s'accentue aux frontières nord du royaume chérifien.

C'est l'un des assauts sur la barrière grillagée les plus importants depuis le début de l'année. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'Espagne a enregistré le chiffre record de 48 000 entrées clandestines sur son sol en 2018, dont environ 5 000 réalisées par voie terrestre via les enclaves de Sebta et Melilla; alors que le Maroc dit avoir stoppé plus de 50 000 tentatives de passage vers l'Union européenne.

Sous pression, la marine royale oscille entre opérations dites de sauvetage et répression. A deux reprises, elle a tiré à balles réelles sur des migrants, faisant un mort.

Les autorités sont de plus en plus critiquées pour leur mauvais traitement des migrants, notamment via ces convois d'éloignement forcé réalisés dans des conditions déplorables.

Le Maroc est en pourparlers via l'Espagne avec l'Europe pour obtenir des fonds d'urgence de l'UE. Des moyens financiers et techniques qui se font attendre pour le Maroc, qui a par ailleurs réitéré au début du mois son opposition à l'installation de hotspots sur son sol, ces centres de traitement administratif hors UE voulus par Bruxelles.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018