Dimanche 18 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

L'Arabie saoudite confirme que Khashoggi a été tué au consulat d'Istanbul

Selon la télévision publique saoudienne, les premiers résultats de l'enquête sur la disparition du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul montrent que ce dernier est mort. L'Arabie saoudite a annoncé que 18 de ses ressortissants ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire.

L'annonce a été faite dans la nuit de vendredi à samedi par le biais de l'agence de presse officielle saoudienne SPA lors du journal TV de la télévision publique. Riyad a diligenté une commission chargée d'enquêter sur la disparition de Jamal Khashoggi au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Cette commission, composée notamment du ministre saoudien des Affaires étrangères et de celui de l'Intérieur, a un délai d'un mois pour produire ses conclusions.

« Bagarre »

L'Arabie saoudite a déclaré qu'une bagarre avait éclaté entre Jamal Khashoggi et les personnes qui l'ont rencontré au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, ce qui a conduit à son décès selon Riyad. « Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu'il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul [...] ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort », indique le communqiué de l'agence SPA.

La télévision publique saoudienne a également annoncé qu'un haut responsable des services de renseignement avait été limogé. « Ahmad al-Assiri, vice-président du service général de renseignement, a été renvoyé de sa fonction », ont annoncé les médias officiels, citant un décret royal. Un conseiller de haut rang à la cour royale a lui aussi été limogé, selon la même source.

Outre qu'elle intervient après plus de deux semaines de dénégations fermes - Riyad ayant soutenu jusque-là que Jamal Khashoggi avait quitté son consulat d'Istanbul sain et sauf - et que le communiqué saoudien ne dit pas ce qu'il est advenu du corps du journaliste après cette supposée bagarre qui aurait mal tourné, la version de Riyad est à mille lieues du scénario vers lequel semble se diriger l'enquête de la justice turque, relève notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer : celui d'un assassinat de Jamal Khashoggi, d'un guet-apens dans lequel serait tombé le journaliste en se rendant ce 2 octobre au consulat saoudien.

Ces derniers jours, les autorités turques ont laissé fuiter dans la presse des allégations faisant état d'un enregistrement sonore censé prouver l'assassinat de Jamal Khashoggi, ou encore des images de vidéosurveillance retraçant les allées et venues d'un groupe de 15 officiels saoudiens arrivés de Riyad le jour de la disparition du journaliste et repartis tout aussi vite. Vendredi, les enquêteurs turcs fouillaient encore une vaste forêt d'Istanbul à la recherche du corps de Jamal Khashoggi.

Des explications crédibles selon Trump

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le roi Salman d'Arabie saoudite ont convenu de poursuivre leur coopération dans l'enquête au cours d'une seconde conversation téléphonique. Cet appel a eu lieu peu de temps avant que Ryad ne confirme que Khashoggi était mort dans le consulat.

« Nous sommes attristés d'apprendre que la mort de Jamal Khashoggi a été confirmée, a affirmé de son côté la porte-parole de l'exécutif américain, Sarah Sanders. Les Etats-Unis prennent note de l'annonce par le royaume d'Arabie saoudite que l'enquête sur le sort de Jamal Khashoggi progresse et qu'il a entrepris des actions à l'encontre des suspects qui ont été pour l'instant identifiés ».

Le président américain Donald Trump a affirmé qu'il considérait les explications saoudiennes sur la mort du journaliste comme étant crédibles. « Encore une fois, il est tôt, nous n'avons pas fini notre évaluation ou enquête mais je pense qu'il s'agit d'un pas très important », a-t-il ajouté.

En fait, Donald Trump ne le cache pas : la relation diplomatique avec l'Arabie saoudite est l'un des piliers de sa politique. C'est à Ryad qu'il avait réservé son premier déplacement présidentiel à l'étranger, et il souhaiterait certainement que cette affaire se tasse, souligne notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

Depuis le début, le président navigue à vue chaque jour pour gérer ce que la Maison Blanche qualifie avec délicatesse de « tragique incident ». Désormais, le président américain dit qu'il préférerait ne pas avoir à sanctionner l'Arabie saoudite, calculant que cela pénaliserait aussi les Etats-Unis, qui ont passé des contrats militaires pour plus de 100 milliards de dollars avec le royaume.

Mais comme les services de renseignements américains sont eux convaincus que Ryad est bien davantage responsable que ce qu'il prétend, et comme plusieurs élus du Congrès - et même des proches du président - comptent eux aussi se faire entendre, l'affaire ne devrait pas s'arrêter là. Et au-delà de toutes les conséquences diplomatiques, voire économiques, elle pourrait aussi perturber la politique intérieure.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018