Mercredi 19 Juin 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Burkina Faso: raid de la force Barkhane après l'attaque d'une gendarmerie

Selon un communiqué de l'état-major français, la force Barkhane a mené un raid aérien dans la nuit du 3 au 4 octobre dans le nord du Burkina Faso. L'opération faisait suite à l'attaque contre une gendarmerie dans le Soum.

Dans la soirée du 3 octobre, la gendarmerie d'Inata, dans la province du Soum, a été attaquée par des hommes armés. Arrivés dans deux véhicules et sur plusieurs motos, les assaillants ont tué un gendarme, blessé un autre et fait d'importants dégâts matériels. Plusieurs véhicules de la mine d'or ont par ailleurs été incendiés, tandis que des dortoirs du personnel civil ont été fouillés et du matériel emporté.

Sur demande des autorités burkinabè, deux avions Mirage 2000 de la force Barkhane ont décollé de Niamey dans la nuit pour opérer une frappe contre les assaillants. Un vol de reconnaissance effectué par un drone avait d'abord repéré une colonne d'une quinzaine de motos filant en direction du nord.

Ce n'est pas la première fois que des moyens aériens français survolent le Burkina. En avril déjà, les avions de Barkhane avaient été mobilisés lors d'une opération conjointe vers la forêt de Fulsare. « Ce sont des capacités que nous déployons en appui de nos forces partenaires », explique à RFI le colonel Patrick Steiger, porte-parole de Barkhane.

Le bilan de cette opération reste encore inconnu. Une colonne de motos représente toujours une cible difficile, car elles peuvent se disperser rapidement. C'est d'ailleurs le mode opératoire privilégié des terroristes dans la région. Combiné aux mines artisanales, avec peu de moyens, ils conservent donc une capacité de nuisance importante. D'après un bilan officiel réalisé mi-septembre, les attaques terroristes ont fait près de 120 morts au Burkina.

Ce jeudi encore, sept soldats burkinabè ont trouvé la mort dans l'explosion du mine artisanale, dans la région Est du pays. Deux autres blessés ont été évacués vers un centre de santé. Ces soldats se rendaient à Foutouri, vers la frontière avec le Niger pour renforcer un détachement déjà sur place. Ils avaient quitté la ville de Fada N'Gourma, en passant par Gayeri, lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Il y a une vie après le FMI

19 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] Donald Trump, candidat à sa propre succession

19 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2019