Dimanche 21 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

A l'ONU, Joseph Kabila dénonce l'ingérence et redemande le départ de la Monusco

Le président congolais a eu des mots très durs à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies, mardi 25 septembre. Joseph Kabila a réitéré son attachement aux valeurs défendues par l’ONU, tout en dénonçant l'ingérence de certains Etats.

Et il a de nouveau demandé le début du départ effectif de la Monusco.

Mardi, à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le président de RDC Joseph Kabila a redemandé le départ de la célèbre Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco), installée dans son pays depuis deux décennies.

Vingt ans après le déploiement des forces onusiennes dans mon pays et en raison de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel, mon gouvernement réitère son exigence du début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale.

Sur le plan sécuritaire, Joseph Kabila a également évoqué la récente attaque à Beni. Le chef de l'Etat présente les attaques « terroristes » dans le nord-est comme le principal point d’insécurité restant. Sur le plan politique, il a promis des élections crédibles et apaisées, un processus irréversible.

Son discours a fait réagir l'opposant Moïse Katumbi, toujours en exil. Pour lui, Joseph Kabila « travestit la vérité » mais le peuple, l'opposition, la société civile et les partenaires connaissent selon M. Katumbi « le niveau d'insécurité en RDC, l'absence d'avancées du processus électoral, la triche qui se prépare ».

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique

19 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

19 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018