Lundi 18 Février 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Burkina: enlèvement de 3 personnes, dont 2 expatriés, à Inata

Au Burkina Faso, trois personnes, dont deux expatriés travaillant pour une mine d'or à Inata au nord-est, dans le Sahel, ont été enlevées dimanche 23 septembre.

L'enlèvement a eu lieu alors que les deux personnes, en compagnie de leur conducteur burkinabè, se rendaient à Ouagadougou. Les forces de sécurité parties à leur recherche sont tombées dans une embuscade.

Le véhicule des deux expatriés, un cadre sud-africain, un technicien indien et leur chauffeur burkinabè a quitté le camp du site minier vers 8h dimanche matin. Après avoir traversé la localité de Gouna, vers Tongomayel, ils étaient injoignables pendant plusieurs heures.

Selon nos informations, le véhicule aurait quitté la mine sans informer le service de sécurité sur place, et sans se plier non plus aux règles sécuritaires pour se rendre à Ouagadougou. Un peu plus de cinq heures après leur départ et n'ayant aucune information sur le véhicule et ses occupants, l'alerte a été donnée aux forces de sécurité.

Selon des sources sécuritaires, le véhicule a été aperçu dans la commune de Damba, située dans le département de Nassoumbou, dans le Soum. Les ravisseurs se seraient dirigés vers la frontière malienne.

Une patrouille de la gendarmerie, partie à la recherche des infortunés, est tombée dans une embuscade au niveau de la commune de Tongomayel.  Aucun bilan n'est pour le moment disponible quant à cette attaque contre les gendarmes burkinabè.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La privilégite, la maladie des privilèges

15 Février 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

15 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2019