Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Centrafrique: enquête sur les violences meurtrières du 10 avril au PK5

En Centrafrique, des précisions après la mort de 24 civils au quartier PK5 de Bangui, mardi 10 avril. Si les versions contradictoires entre les différents acteurs de la crise continuent de circuler, la thèse selon laquelle le contingent rwandais de la Minusca, en sous effectif lors de l'opération, aurait paniqué face à une riposte lourde des groupes d'autodéfenses, semble se vérifier.

Mardi midi, Bangui était relativement calme au regard des événements du week-end. Mais vers 13 heures, une femme du PK5 et son enfant sont enlevés à la frontière de ce quartier, indique une note interne à la Minusca. Là, une foule, déjà éprouvée après les combats de dimanche, manifeste en direction du quartier Miskine, où l'armée centrafricaine tenait un commissariat depuis le bouclage du PK5.

La situation s'envenime et des échanges de coups de feu ont lieu entre les forces centrafricaines et la foule en colère. Les casques bleus du contingent rwandais s'interposent et décident de repousser les manifestants du PK5, pendant que les militaires centrafricains contournent le quartier. Certains habitants indiquent que ces derniers ont tiré sur la population, avec l'aide des anti-balakas. Ce que dément le ministère de la Défense.

Rapidement, avec seulement deux véhicules blindés, les Rwandais sont dépassés par la puissance de feu venant des Autodéfenses. Jean-Pierre Lacroix, le patron des casques bleus, estime lui-même que la riposte des habitants du quartier a été violente et que la jeunesse du PK5 a été manipulée par les groupes armés.

Une vingtaine de casques bleus rwandais, selon des témoins sur place, avancent alors à pied, un de leurs véhicules blindés étant hors d'état de marche. Et devant la mosquée, où 200 personnes sont venues chercher refuge, les combats s'intensifient. Le lieu de cette bataille étant l'une des raisons du nombre important de victimes.

Dans ces combats, un casque bleu a perdu la vie et au moins 24 habitants du PK5 ont également succombé.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018