Dimanche 24 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

RDC: dans la province d’Ituri, les violences provoquent une crise humanitaire

Plus de 120 personnes tuées, plus 2000 cases brûlées depuis décembre 2017. Dans la province de l’Ituri, en particulier dans le territoire de Djugu, la situation est de plus en plus inquiétante.

Les femmes et les enfants sont les premières cibles de la violence, d'après les témoins et les sources onusiennes. Et comme les exactions sont toujours en cours, il est difficile d'évaluer l'ampleur de la crise humanitaire.

Si l'identité et les motivations des assaillants sont encore floues aux yeux des officiels, députés, acteurs de la société civile et humanitaires s'accordent sur le caractère horrible des massacres qui secouent la province de l’Ituri, en République démocratique du Congo.   

Pour Fernando Arroyo, numéro deux du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), en mission à Bunia, chef-lieu de la province, 1994 et 1996 ont été des « années très compliquées », mais il n’a pourtant jamais vu une situation pareille à celle « qu’on a vu dernièrement dans l’Ituri ».

Crise humanitaire à l’ampleur encore inconnue

Ces violences ont provoqué une crise humanitaire majeure. Ocha parle de plus de 300 000 déplacés internes et la compilation des chiffres n'est pas encore finie. De plus, les difficultés d'accès aux zones des violences ne permettent pas d'évaluer l'ampleur de la crise humanitaire.

Mercredi 7 mars encore, « un village a été brulé pas très loin du Bunia, des atrocités ont été commises sur la route », raconte Fernando Arroyo. « Il est actuellement très difficile et très dangereux de prendre la route », explique-t-il, déplorant une situation « catastrophique » à ce niveau.

Peu optimistes, les humanitaires s'attendent à ce que la crise « empire encore avant de commencer à s’améliorer » en Ituri.

Ce qui n’empêche pas la communauté humanitaire de s'organiser. Un plan d'urgence multisectoriel de trois mois a été élaboré. Il intègre essentiellement la ville de Bunia et ses alentours et ne peut couvrir que 50 000 personnes dans le besoin.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Du foot tout le temps (rediffusion)

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018