Lundi 25 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Attentats au Burkina: Gnassingbé, Issoufou, Sidikou... visites officielles à Ouaga

Trois jours après le double attentat de Ouagadougou, le travail d'enquête se poursuit et les premières visite de chef d'Etat commencent.

Dimanche, à l'ambassade de France ainsi qu'à l'état-major et dans ses alentours, les équipes de la police scientifique burkinabè et françaises se sont activées pour analyser les méthodes des terroristes, photographier les lieux et les abords des attentats et faire des prélèvements. Leur enquête déterminera peut-être s'il y a eu des complicités au sein même de l'armée pour faciliter ces attaques, comme beaucoup le soupçonnent.

Toute la journée et dans la soirée, on a pu voir des brigades de police et de gendarmeries en pick-up ou à pied marauder dans les rues de Ouagadougou. Il s'agit de sécuriser la capitale puisque ce matin à 9h30 et 10h arriveront successivement les présidents togolais Faure Gnassingbé, président en exercice de la Cédéao et nigérien Mamadou Issoufou.

Les deux chefs d'Etat seront précédés dans leur visite de soutien auprès des autorités burkinabè par le secrétaire permanent du G5 Sahel, le Nigérien Maman Sambo Sidikou qui lui aussi rencontrera le président Roch Marc Christian Kaboré à Kossiam. Ensuite, les visiteurs devraient se rendre sur les lieux des attentats pour constater l'ampleur des dégâts.

Ce double attentat, contre l'ambassade de France et de l'état-major, est le troisième en deux ans dans la capitale burkinabè. Alors ces attaques répétées marquent-elles une certaine faiblesse du système de renseignement et de lutte anti-terroriste burkinabè ? « Cela amène les uns et les autres à réfléchir sur les capacités de nos forces de sécurité. Ce n'est peut-être pas très reluisant pour le Burkina Faso, mais il faut le dire : nous sommes peut-être le maillon faible. Ce n'est pas très heureux de le dire, mais c'est la vérité », estime le chercheur Paul Koalga, spécialiste des questions terroristes dans la zone sahélienne. « Maintenant, il faut prendre conscience de cela, redoubler d'efforts et créer la résilience à ce niveau-là. Mais cela passe par des mesures courageuses. Il y a eu effectivement un forum pour faire l'inventaire de cette situation au Burkina Faso, mais on n'a pas encore les résultats. Les attaques répétées montrent que nous devons nous réorganiser. »

Source: RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Du foot tout le temps (rediffusion)

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018