Mercredi 23 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Retour sur l'opération Pagnali avant le sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel

En prélude à la réunion des chefs d’Etat du G5 Sahel qui s’ouvre, ce mardi 6 février, à Niamey, les chefs d’état-major des cinq armées se sont réunis pour dégager les conclusions de la seconde opération sur les frontières du Mali et du Burkina Faso.

Lors d’une conférence de presse, le général Didier Dacko, commandant de cette force, a donné des précisions.

Selon le général Didier Dacko, commandant de la Force conjointe G5 Sahel, la seconde opération baptisée Pagnali (« tonnerre », en langue peul), a concerné deux zones frontalières du Mali et du Burkina Faso.

« Deux bataillons dont un des forces armées maliennes et un autre des forces armées du Burkina Faso ont été déployés au compte de la force conjointe du G5 Sahel, sur une zone d’environ 8 000 m2 », a-t-il précisé.

L’opération Pagnali, au sud de Boulikessi, au Mali et Nassoumbou, au Burkina Faso, a atteint ses objectifs.

« Je me permettrai de dire, sans ambages, qu’avec l’opération Pagnali, la force conjointe des pays du G5 Sahel s’affirme comme une force sahélienne qui connait le terrain, ayant une capacité d’adaptation et une bonne coordination avec les armées nationales », a ajouté le général Didier Dacko.

Face aux attaques récurrentes de ces derniers jours dans le Nord Mali, le général Didier Dacko est formel. Les terroristes ont tout simplement peur de la montée en puissance du G5 Sahel.

« Nous sommes d’ailleurs convaincus que ces attaques répétées, cela témoigne de la pertinence, de la mise en place de cette force conjointe. Tous les efforts seront déployés de notre côté pour la mise en place effective de cette force », a souligné le général Didier Dacko.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre…», dixit Mamadou Ismaïla Konaté, ancien ministre de la Justice

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre ou de lui résister. Beaucoup vivent de ses fruits ou du bénéfice de ses produits aussi nocifs que mortels que le Sida. Si rien n’est fait par contre, on sera obligé de tout faire pour en guérir sinon en mourir »

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le futur de Président-Fondateur

21 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Ramadan: la flambée des prix

22 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018