Vendredi 25 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Plus de 500 personnes ont été tuées au Burundi en 2017, selon une ONG

Le bilan a été établi par l'Aprodh, une organisation de défense des droits de l'homme burundaise parmi les plus connues de par son président, Pierre-Claver Mbonimpa, visé par un attentat qui a failli lui coûter la vie en 2015.

La violence est quasiment quotidienne au Burundi. Et qu'elle soit le fait de groupes armés non-identifiés ou des forces de sécurité, cette violence n'est quasiment jamais sanctionnée. A en croire le rapport de l'Aprodh, les déclarations rassurantes du gouvernement sur le retour de la sécurité ne sont que des slogans, bien loin de la réalité.

L'organisation de défense des droits de l'homme a recensé 504 personnes tuées et 373 blessés l'année dernière, et précise que ces bilans ne sont sans doute pas exhaustifs. Les victimes sont des opposants ou des opposants présumés, des membres du parti FNL d'Agathon Rwasa ou encore les habitants de zones considérées opposées au troisième mandat du président Nkurunziza. Les ex-FAB, militaires de l'ancienne armée burundaise, eux aussi sont régulièrement pris pour cible.

Plus inquiétant, selon l'Aprodh : plus des deux-tiers des personnes tuées l'ont été par des agents du SNR, le service de renseignements, ou par des Imbonérakuré, les jeunes du parti au pouvoir.

Les arrestations arbitraires et tortures aussi se poursuivent. A tel point que les prisons sont totalement surpeuplées. L'Aprodh explique dans son rapport que la population carcérale va bientôt atteindre le triple de la capacité d'accueil.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

Souleymane Koné, cadre du parti FARE évoque « Le Mali face au péril IBK » : « nous sommes devenus la risée du Sahel »

« Le Mali aura le 29 juillet prochain le choix entre l'affaissement actuel et le redressement. C'est dire qu'il n'y aura pas d'alternative à l'alternance. S’il n’y a de bilan pour le quinquennat du Président IBK, par contre une suite de souffrances et détresses infligées au peuple et au pays en dit long sur la ruine du Mali sous son mandat.

Lire la suite

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L’hôpital public est mort (rediffusion)

24 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: les universités en ébullition

24 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018