Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Inondations en RDC: un deuil national de 2 jours décrété par le gouvernement

Le gouvernement congolais décrète un deuil national de 2 jours, lundi 8 et mardi 9 janvier, en hommage aux victimes des inondations et glissements de terrain qui ont fait 44 morts, selon un nouveau bilan présenté comme définitif par le gouvernement provincial.

Les communes les plus touchées sont celles de Ngaliema, Bandalungwa, Barumbu, Limete et Selembao. Les autorités annoncent des mesures.

Plus de 5 000 maisons inondées, dont un orphelinat, 192 autres écroulées, des ponts affaissés, des routes coupées, et dix quartiers privés d’électricité. Kinshasa n’a pas fait que comptabiliser ses morts vendredi. La capitale congolaise a aussi pris la mesure des dégâts matériels occasionnés par les pluies diluviennes du milieu de semaine. Sans oublier plusieurs milliers de déplacés, selon les autorités, partis se réfugier dans des familles d’accueil en attendant la baisse du niveau des eaux.

Le gouvernement provincial s’est réuni en urgence vendredi. Il a annoncé que la présidence avait accepté de prendre en charge les frais d’enterrement des victimes, et que les travaux d’urgence, ponts et routes notamment, seraient financés par le gouvernement central. La direction de l’assainissement participait à la réunion, il lui a été demandé d’accélérer l’évacuation des déchets et le curage des caniveaux et des rivières. Un problème récurrent.

Autre annonce, la démolition sous peu des constructions dites « anarchiques » et considérées comme dangereuses. Elles sont nombreuses à Kinshasa. Le gouvernement provincial ne dit pas si les familles qui n’ont souvent d’autres choix que de s’y installer seront relogées, mais rappelle aussi que les constructions sont interdites à moins de 100 mètres du lit des rivières.

Ces inondations surviennent alors qu’une épidémie de choléra touche la capitale Kinshasa. Selon le dernier décompte publié vendredi, 133 cas de choléra et 12 décès ont été recensés dans la capitale entre le 25 novembre et le 28 décembre 2017, dans le quartier Camp Luka et la commune de Kitambo. Au total, 53 676 cas suspects et 1 132 décès ont été recensés dans 24 des 26 provinces de la RDC, depuis le début de l'épidémie en juillet 2017.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018