Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Egypte: l'ex-président Morsi condamné à 3 ans de prison

Un tribunal du Caire a condamné samedi à trois ans de prison l'ancien président islamiste Mohamed Morsi et 19 autres personnes, dont d'anciens députés et deux journalistes, pour "outrage à la magistrature", a indiqué un avocat.

Selon Abdelmoneim Abdel Maqsoud, avocat de l'ex-président destitué et arrêté par l'armée en juillet 2013, M. Morsi a été aussi condamné à payer deux millions de livres égyptiennes (environ 92.000 euros) en dommages et intérêts, un million à un juge qu'il avait qualifié de "falsification" et un million à l'association des juges.

Parmi les 19 autres condamnés figurent les anciens députés Moustafa al-Najjar, Mohammed al-Omda, Hamdi al-Fakhrani et Mohammed Monib, ainsi que deux journalistes dont Abdel Halim Qandil, rédacteur en chef de Sawt el Oumma (la voix de la nation). La plupart des condamnés sont des cadres des Frères Musulmans qui avaient déjà écopé de peines de prison dans d'autres affaires.

Dans ce procès ouvert en 2015, ils étaient poursuivis pour "outrage à la magistrature" après des déclarations jugées insultantes dans les médias.

L'avocat de M. Morsi a fait savoir qu'il ferait appel de cette décision devant la Cour de cassation.

Depuis sa destitution par l'armée dirigée alors par Abdel Fattah al-Sissi, élu ensuite président, Mohammed Morsi a été condamné à un total de 45 ans de prison dans deux affaires - incitation à la violence contre des manifestants fin 2012 et espionnage au profit du Qatar. Il est par ailleurs jugé dans deux autres procès après l'annulation de deux verdicts prononcés contre lui - une condamnation à mort et une réclusion à perpétuité.

Premier président élu démocratiquement en Egypte après la chute du régime de Hosni Moubarak chassé du pouvoir par une révolte, M. Morsi est issu de la confrérie des Frères musulmans, considérée aujourd'hui comme une "organisation terroriste".

Après sa destitution, les autorités se sont livrées à une répression sans précédent contre les Frères musulmans et des centaines de ses partisans ont été condamnés à mort ou à de lourdes peines de prison. La majorité des peines de mort ont été par la suite annulées par la Cour de cassation.

Source : AFP 30/12/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018