Samedi 17 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Yémen: l'ancien président Ali Abdallah Saleh a été tué à Sanaa

Les rebelles houthis, au Yémen, affirment que l'ancien président Ali Abdallah Saleh aurait été tué lors de combats dans la capitale, Sanaa. Une information confirmée quelques heures plus tard par une dirigeante du parti de l'ex-chef de l'Etat.

Les Houthis étaient entrés en conflit avec l'ancien dirigeant yéménite, qui avait tendu la main à l'Arabie saoudite la semaine dernière.

La chaîne de télévision Al-Massira a annoncé la nouvelle de la mort de l'ex-président Ali Abdallah Saleh lors de combats dans la capitale Sanaa, en ces termes : « Le ministère de l'Intérieur (contrôlé par les rebelles) annonce la fin de la milice de la trahison et la mort de son chef (Ali Abdallah Saleh) et d'un certain nombre de ses éléments criminels. ».

Des photos ainsi que des vidéos circulent sur les réseaux sociaux. Elles auraient été prises juste avant l'annonce des Houthis. L'ancien président, apparemment sans vie, y apparaît avec une profond entaille à l'arrière de la tête, la chemise ensanglantée.

« Tombé en martyr »

Une dirigeante du parti de l'ex-président Saleh, le Congrès populaire général (CPG) a confirmé la nouvelle quelques heures plus tard à l'AFP. « Il est tombé en martyr en défendant la République », a déclaré cette membre d'une instance du parti, attribuant son meurtre aux Houthis.

Ali Abdallah Saleh et d'autres hauts responsables du parti ont essuyé des tirs nourris de rebelles Houthis alors qu'ils quittaient la capitale yéménite pour des zones tenues par des forces pro-Saleh.

Des miliciens Houthis ont bloqué un convoi de quatre véhicules à environ 40 km au sud de Sanaa et ont tué par balle Ali Abdallah Saleh, ainsi que le secrétaire général du CPG, Arif al-Zouka, et son adjoint Yasir al-Awadi. Les rebelles affirment avoir tiré une roquette pour immobiliser son véhicule blindé. Il l'aurait ensuite abattu.

Tensions entre Saleh et les Houthis

Ces derniers jours les Houthis étaient en conflit ouvert avec l'ancien chef de l'Etat, Ali Abdallah Saleh. Accusé d'avoir repris contact avec Riyad, Saleh s'était en effet dit prêt à ouvrir une nouvelle page avec les Saoudiens, ses ennemis jusque-là. Autrement dit l'ancien président était prêt à lâcher les Houthis pour s'entendre avec le voisin saoudien. Riyad, dès ce matin, a bombardé sans répit la capitale pour venir en aide à son allié de la dernière heure, mais apparemment trop tard.

La chaîne de télévision des Houthis, Al-Massira, corroborée par des témoins, affirme que les miliciens chiites s'étaient rendus maîtres dans la capitale de la résidence du neveu de Saleh, Tarek, un général qui est l'un des principaux soutiens de l'ancien président. Des habitants affirment également que les Houthis avaient fait sauter la maison de l'ex-président Saleh dans le centre de la capitale. Il semblerait à présent que les miliciens chiites progressent vers le village natal de l'ex-président, près de Sanaa, où celui-ci possède un palais fortifié.

Les Houthis et l'ancien président Ali Abdallah Saleh s'étaient alliés en 2015 pour faire face à l'intervention militaire d'une coalition conduite par l'Arabie saoudite pour rétablir au pouvoir le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

Source : RFI

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018