Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Migrants en Libye: l’OIM veut une opération d’envergure pour vider les centres

Le Conseil de sécurité de l'ONU a étudié mardi les options pour lutter contre l'exploitation des migrants en Libye. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés ont indiqué vouloir mener une opération d'envergure pour vider les centres de détention et rapatrier les migrants dans leur pays d'origine. Cette réunion, organisée à la demande de Paris, intervient près de deux semaines après la diffusion d'images de migrants vendus sur un marché aux esclaves par la chaîne américaine CNN.

Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Près de 17 000 migrants - principalement originaires d'Afrique subsaharienne - sont encore officiellement détenus, selon l'ONU, dans trente centres gérés par le gouvernement libyen. Mais ils seraient beaucoup plus nombreux aux mains des trafiquants et des réseaux de passeurs contrôlés par des milices.

Il s'agit d'une catastrophe humanitaire d'une ampleur colossale, s'est indigné le directeur de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a rappelé que la traite des esclaves était connue de son organisation depuis avril dernier mais que le documentaire de CNN lui avait donné un écho mondial.

Il faut une opération d'envergure pour sauver des vies, a-t-il plaidé en demandant aux autorités libyennes d'autoriser l'ONU à vider les centres de détention et à rapatrier sur une base volontaire les migrants dans leur pays d'origine ou dans un pays tiers. Mais pour cela, il faudra plus de financement et l'aide des pays concernés pour fournir des documents de voyages aux migrants détenus.

Paris veut une réponse forte

Paris, qui avait demandé la tenue de cette réunion d'urgence a estimé pour sa part nécessaire une réponse forte et a réclamé la mise en place de sanctions ciblées contre les responsables de ces crimes, et évoqué la possibilité de les déférer à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi servent les sommets ?

13 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Togo: vers un dialogue?

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017