Samedi 25 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Togo: manifestations sur l'ensemble du territoire

Des milliers de manifestants demandant le départ du président Faure Gnassingbé sont à nouveau descendus dans les rues de Lomé ce mercredi, à l'appel de l'opposition qui a prévu trois jours de manifestations jusqu'à jeudi.

L'opposition réclame toujours les réformes constitutionnelles et le départ du chef de l'Etat. Aujourd'hui, le mouvement concernait l'ensemble du territoire. Une troisième et dernière journée de manifestations est prévue jeudi.

Encore du monde à Lomé aujourd'hui, et quelques manifestations dans d'autres villes comme à Aného [lire ci-dessous] au sud-est ou à Tchamba au nord. Les slogans sont toujours les mêmes :  « Faure, dégage », « 50 ans ça suffit », « le Togo n'est pas une monarchie ». Selon plusieurs sources, ces différentes manifestations se sont déroulées dans le calme.

A Sokodé,  le fief de l'opposant Tikpi Atchadam, il n'y a pas eu en revanche de manifestation ce mercredi. Mardi, des militaires lourdement armés avaient empêché les militants de l'opposition  de se rassembler et aujourd'hui chacun reste chez soi, comme le raconte un habitant : « on ne voit que des militaires dans les rues, ils quadrillent la ville, c'est une ambiance de ville morte. »

Un défenseur des droits de l'homme parle d'une trentaine de blessés  L'un d'eux a reçu une balle dans la jambe. Amnesty International a pu rencontrer ce mercredi  6 blessés à l'hôpital et une dizaine qui sont soignés à la maison, tous ont subi des bastonnades.

Dans un communiqué conjoint, l'Union européenne, les Nations unies et les ambassades de France, des Etats-Unis et d'Allemagne déclarent accueillir positivement les mesures d'apaisement annoncées par le gouvernement tout en appelant « les manifestants à témoigner de leurs convictions par des moyens pacifiques. »

Les délégations encouragent toutes les parties à reprendre le dialogue pour sortir de la crise.

Aného manifeste pour la première fois depuis le19 août

Une nouveauté, la ville d’Aného à 45 km à l’est de la capitale, a manifesté pour la première fois et dans le calme.

Aného, ville située à quelques kilomètres de la frontière de la République du Bénin, est restée imperturbable depuis le 19 août, date des premières manifestations de contestation. Aného et ses habitants n’ont pas oublié les bastonnades et les humiliations de 2005, des faits qui ont imposé la peur et depuis toutes les velléités de contestation sont restées en veilleuse.

Contre toute attente, les populations sont sorties ce mercredi et pour une fois, selon le député Patrick Lawson de l’Alliance nationale pour le changement, c’était un coup de maître. « Cette manifestation a eu lieu parce que la jeunesse qui est là l'a souhaitée, l'a sollicitée. Ce n'est pas la coalition qui a voulu qu'il y ait une manifestation à Aného aujourd'hui. C'est le fait d'avoir constaté définitivement que la profondeur de la crise est très importante. Et je dis que pour un coup d'essai, ça a été un coup de maître ».

Les préoccupations sont les mêmes comme à Lomé ou dans les autres villes du pays, retour à la constitution de 1992, vote de la diaspora ou encore déverrouillage des institutions du pays. Et dans cette ville prise en étau entre le lac et la mer, pas loin d’une frontière, les bras actifs ne vivent que du système D, et pour manifester, ce jour la tension était palpable.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le service après-vente des résolutions se fait toujours attendre (Rediffusion)

24 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017