Mardi 24 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Trump lève les sanctions américaines contre le Soudan, après 20 ans d'embargo

Après 20 ans d'embargo, les Etats-Unis ont annoncé vendredi 6 octobre la levée des sanctions contre le Soudan. La décision était attendue puisque les deux pays avaient apaisé leurs relations depuis le début de l'année.

Les échanges commerciaux et la coopération stratégique pourraient ainsi se développer, même si Khartoum n'a pas encore réglé tous ses problèmes internes. Le Soudan reste d'ailleurs toujours sous le coup d'un embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité de l'ONU après le conflit au Darfour.

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Juste avant son départ, Barack Obama avait ouvert la voie en levant une partie des sanctions américaines contre le Soudan pour une période probatoire de six mois.

Donald Trump a donc validé la décision. Même s'il s'est accordé quelques semaines de réflexion supplémentaires, le président américain a estimé que le gouvernement de Khartoum avait fait cette année les efforts nécessaires pour se conformer aux cinq points d'une feuille de route établie : fin du soutien aux groupes rebelles au Soudan du Sud, fin des hostilités au Darfour, au Nil-Bleu et au Kordofan du Sud, et coopération dans la lutte contre le terrorisme. Les Etats-Unis sont satisfaits des résultats.

Toujours sur la liste des « Etats soutenant le terrorisme »

Concrètement, cela veut donc dire qu'Américains et Soudanais vont pouvoir reprendre leurs échanges commerciaux ou financiers. Les enjeux pourraient être importants concernant les industries pétrolières et pétrochimiques, le Soudan disposant d'oléoducs et de gazoducs stratégiques.

Paradoxe cependant, en 1997, l'embargo avait été décidé pour punir Khartoum de son soutien présumé à des groupes islamistes. Oussama Ben Laden y a notamment résidé quatre ans. Aujourd'hui, les sanctions sont levées mais le Soudan reste sur la liste noire américaine des « pays soutenant le terrorisme ».

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018