Mardi 24 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Embuscade au Niger: le chef jihadiste Abou Walid al-Sahraoui pointé du doigt

Après l'embuscade tendue à des forces spéciales nigériennes et des soldats américains à la frontière du Mali mercredi 4 octobre, le bilan est désormais de cinq soldats nigériens et trois américains tués.

Deux soldats américains blessés ont été évacués en Allemagne. Pas de revendication à l'heure qu'il est mais les regards se tournent principalement vers un homme : Abou Walid al-Sahraoui, un Malien, dissident du mouvement Al-Mourabitoune.

Abou Walid al-Sahraoui ne revendique que très rarement ses attaques. Ce n'est pas un communicant doté d'un réseau qui fait la promotion de ses faits d'armes mais c'est lui qui est indexé depuis plusieurs mois, par les autorités nigériennes, quand on parle d'attaque dans la région de Tillabery.

Ce Malien, dissident d'Al-Mourabitoune, une des katibas d'Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique), est un ancien dirigeant du Mujao qui occupait la ville de Gao en 2012.

Allégeance au groupe EI

Aujourd'hui, Abou Walid al-Sahraoui a prêté allégeance à l'organisation Etat islamique (EI) même si certains doutent de ses liens avec l'organisation.

Il opère dans la zone d'Ansongo et Ménaka, au Mali, mais il mène aussi, depuis un an, des attaques au Burkina et au Niger.

Quand il passe la frontière, sa zone de repli c'est la localité malienne d'Akabar, précisément là où les militaires américains et nigériens sont tombés dans une embuscade mercredi 4 octobre 2017.

« Ce sont les seuls à agir dans la région de Ménaka »

Combien d'hommes constitue le groupe d'al-Sahraoui ? Difficile de savoir. Selon certaines sources, il aurait une quarantaine d'hommes avec lui mais d'autres acteurs de terrain parlent d'un groupe beaucoup plus conséquent. « Ce sont les seuls à agir dans la région de Ménaka », précise un fin connaisseur de la zone.

Quels qu'ils soient, les assaillants de mercredi étaient, en tout cas, assez nombreux et équipés pour tendre une embuscade à une trentaine de militaires nigériens et américains confondus.

Une minute de silence a été décrétée par le président Issoufou à la mémoire des soldats tombés au nord du Niger et de toutes les victimes du terrorisme.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018