Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

RDC: l’opposition favorable au maintien des troupes de la Monusco en l’état

Le secrétaire général des Nations unies est opposé à la réduction des effectifs de la Monusco. Antonio Guterres a dit craindre pour l'implosion de la République démocratique du Congo (RDC). La question divise majorité et opposition congolaise.

Sans le dire ouvertement, l'opposition craint que le pouvoir ne puisse profiter du retrait des troupes de la Monusco pour installer la dictature.

Tout naturellement, la majorité présidentielle congolaise s'aligne sur la vision exprimée, samedi 23 septembre 2017, par Joseph Kabila à la tribune des Nations unies - il réclame une révision du mandat de la Monusco. Pour le porte-parole de la majorité, l'ONU devra tenir compte du point de vue des dirigeants de la RDC.

« Les préoccupations du secrétaire général sont certainement légitimes en fonction de leur rôle actuel. Ils [les soldats de la Monusco, NDLR] doivent être performants pour aider le gouvernement de la République à stabiliser la situation. Donc, pour nous, ça n’a aucune incidence sur les projections faites par le président de la République », a déclaré André Alain Atundu. (Joseph Kabila a insisté, le 23 septembre, sur les discussions pour une réduction des effectifs de la Monusco, qui est la plus importante mission des Nations unies actuellement).

« On ne peut s’imaginer que l’ONU retire les unités de la Monusco »

Quant à l'opposition, à travers le Rassemblement, elle apporte tout son soutien à la position du secrétaire général des Nations unies. Le président du conseil des sages du Rassemblement, Pierre Lumbi Okongo explique : « Personne n’ignore que le pays est encore dans une situation fragile. De nombreuses poches d’insécurité persistent. Donc, on ne peut s’imaginer que l’ONU retire les unités de la Monusco sans risquer l’implosion du pays ». Selon lui, il n'existe aucun argument qui puisse militer en faveur du retrait des troupes de la Monusco.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017