Mercredi 21 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Côte d’Ivoire: pourquoi tant d’évasions de prisonniers?

Gagnoa, Abidjan, Aboisso et dimanche Katiola. Depuis le début du mois d'août on assiste en Côte d'Ivoire à une véritable hémorragie de prisonniers qui se font la belle dans des conditions plus ou moins rocambolesques.

Dimanche 3 septembre, ce ne sont pas moins de 98 détenus qui se sont échappés à 6h30 du matin de la prison de Katiola à quelques kilomètres au nord de Bouaké.

Quelque 98 détenus qui s'évadent d'une prison qui en comptait 189 prisonniers, on peut penser que les cellules de Katiola ont pour le moins connu un sérieux dysfonctionnement ce dimanche. Si le ministère de la Justice indiquait lundi soir que 36 d'entre eux avaient été repris et reconduits derrière les barreaux, le communiqué  indiquait dans le même temps que la responsable de l'établissement et les agents de faction ce jour-là étaient suspendus et relevés de leurs fonctions.

Une sanction immédiate en attendant une enquête administrative qui révélera peut-être des complicités en interne, mais pour Paul Angaman, membre de l’ONG ACAT Côte d’Ivoire, l'Association chrétienne pour l'abolition de la torture, le problème plus général des prisons dans le pays relève de la vétusté des lieux et de la formation du personnel : « Il faut savoir que les prisons ivoiriennes ne répondent pas aux standards internationaux. Elles datent, pour nombre d’entre elles, pour la plupart, de l’époque coloniale. Les moyens de fonctionnement ne sont pas les meilleurs et même un certain nombre de gardes pénitenciers ne sont pas suffisamment formés. Beaucoup de maisons d’arrêt sont surpeuplées de sorte que les conditions mêmes sont devenues très difficiles donc toute occasion de pouvoir s’évader se présente comme une aubaine pour toutes ces personnes qui sont dans ces lieux de détention. »

La Côte d'Ivoire compte 34 maisons d’arrêt ou centres pénitentiaires pour 14 000 détenus. L'évasion de dimanche n'est que le quatrième épisode d'un feuilleton qui dure depuis le début du mois d'août.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #2 broderie 17-09-2017 09:04
Hey just wanted to give you a brief heads up and let you know a few
of the images aren't loading properly. I'm not sure why but
I think its a linking issue. I've tried it in two different internet browsers and both show the same results.
Citer
0 #1 paintball 17-09-2017 04:45
Hi! I know this is kinda off topic however , I'd figured
I'd ask. Would you be interested in trading links or maybe guest authoring a blog article or vice-versa?
My website discusses a lot of the same subjects as
yours and I believe we could greatly benefit from each other.

If you might be interested feel free to send me
an email. I look forward to hearing from you! Excellent blog
by the way!
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les Gondwanais marchent (rediffusion)

20 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Violences sexuelles: la parole se libère

20 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018