Jeudi 21 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

En Gambie, l’annulation de l’élection kényane fait parler d’elle

La Cour suprême kényane a décidé d'annuler les dernières élections présidentielles, pour cause d’irrégularités. L’événement a un écho particulier en Gambie, où les dernières élections présidentielles ont elles aussi été mouvementées :

en décembre dernier, le président sortant Yahya Jammeh, après 22 ans au pouvoir, a perdu le vote face à son concurrent Adama Barrow. Pour les acteurs du changement en Gambie, ces élections surprenantes sont le signe que la politique est à un tournant en Afrique.

Depuis l’annonce fracassante de la Cour suprême vendredi 1er septembre, de nombreux Gambiens ont l’œil rivé sur le Kenya, comme Marr Nyang, un jeune activiste impliqué dans plusieurs associations qui se sont battues pour le changement en Gambie.  Ce qui se passe au Kenya est pour lui le signe que les lignes sont en train de bouger en Afrique. « On voit une nouvelle Afrique en train d’émerger. La Gambie a été la première, et le Kenya suit le même chemin, analyse-t-il. Ce que la Cour suprême a fait au Kenya, c’est quelque chose dont les Africains devraient s’inspirer. Et je pense que lorsque la Gambie s’est lancée dans cette transition démocratique, cela a aussi ouvert l’esprit de nombreux Africains. »

Salieu Taal, le créateur du mouvement La Gambie a décidé, était lui aussi très enthousiaste, jusqu’à ce qu’il entende le président kényan critiquer les juges de la Cour suprême : « J’étais plus impressionné lorsqu’Uhuru Kenyatta a annoncé dans un premier temps qu’il respectait la décision, c’était un grand pas pour l’Afrique. Mais il est ensuite revenu sur ses mots et a déclaré que les juges ne respectaient pas la volonté du peuple. C’est vraiment dommage. »

Essa Njie est lui aussi activiste, et chargé de cours en sciences politiques à l’université. Et pour lui, les Gambiens peuvent à leur tour apprendre de l’exemple kényan. « Nos propres institutions ont besoin d’être renforcées. Et une fois que notre système judiciaire sera indépendant, ce sera possible que des élections qui se sont mal déroulées soient déclarées nulles, témoigne-t-il. Cela prouvera que nos institutions sont dynamiques et solides. »

Tous attendent le nouveau scrutin, dans moins de 60 jours, espérant qu’il se tienne dans le calme et la paix.

source: RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017