Dimanche 20 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Elections au Kenya: Kenyatta donné en tête, Odinga dénonce un «piratage»

Uhuru Kenyatta est en tête face à Raila Odinga, selon des chiffres encore provisoires publiés par la Commission électorale ce mercredi 9 août, portant sur les résultats de 95% des bureaux de vote.

La coalition d'opposition ne reconnaît pas ces chiffres provisoires, Raila Odinga juge que « le piratage a affecté la crédibilité des élections ». Des échauffourées ont éclaté à Kisumu, bastion de l'opposition. Au moins un manifestant a été tué à Mathare, un quartier de Nairobi.

Cet article est réactualisé régulièrement, cliquez pour rafraîchir

Selon des résultats provisoires disponibles à 15h50 T.U. sur le site de la Commission électorale - et portant sur le dépouillement de 96,53% des bureaux de vote -, le président sortant Uhuru Kenyatta est crédité de 54,32% des suffrages, soit dix points de plus que Raila Odinga (44,80%).

« L'élection kényane 2017 est une fraude et le piratage a affecté la crédibilité de cette élection. Ces résultats sont faux, c'est une imposture », a accusé Raila Odinga lors d'une conférence de presse ce mercredi matin, rapporte l'un des envoyés spéciaux de RFI sur place.

Odinga promet des preuves dans la journée

Selon le chef de l’opposition, le pirate informatique serait rentré dans le système aux alentours de minuit. Il aurait pour cela utilisé les codes d’accès de Chris Msando, directeur du pôle technique de la Commission électorale indépendante (IEBC), retrouvé mort dans des circonstances mystérieuses fin juillet. Les pirates, selon lui, auraient manipulé les données, infiltré des programmes à l’intérieur du système. Tout cela aurait créé une différence de 11% dans les résultats, sachant que le président a environ 10 points d’avance dans le décompte provisoire.

Raila Odinga affirme détenir des preuves, qu'il refuse cependant de rendre publiques afin, dit-il, de « protéger [sa] source ». « C’est une catastrophe, une attaque contre notre démocratie, mais nous avons pu identifier le trucage. « Uhuru Kenyatta doit partir » et la volonté du peuple ne peut être bafouée », a-t-il déclaré.

La coalition Super Alliance Nationale (NASA) a promis de présenter les preuves de ses allégations aux différents observateurs dès cet après-midi. Des observateurs qui n’ont pourtant fait état d’aucune irrégularité. Au contraire, ils se félicitaient comme beaucoup de Kényans hier soir du travail de la Commission électorale.

La Commission électorale répond aux critiques

Le président de la commission électorale kényane (IEBC) s’est également exprimé en fin de matinée. Wafula Chebukati a rappelé que les chiffres mis en ligne n’étaient pas les résultats officiels et que ceux-ci seront donnés après examen des vrais procès-verbaux - papiers - acheminés depuis hier, rapporte l'un des envoyés spéciaux de RFI au Kenya.

« Le seul problème, qui a été soulevé par l’opposition concerne la transmission des résultats, pas le processus électoral dans son ensemble. C’est pourquoi la commission va aller plus loin et ne se contentera pas des résultats transmis de manière électronique », a précisé Wafula Chebukati au micro de RFI.

« On est en train de faire venir les procès-verbaux originaux pour vérification avant l’annonce des résultats officiels. Il nous reste cinq jours pour le faire et ce sera fait », a-t-il insisté.

Sur les accusations de piratage du système, « Ce ne sont pour l’instant que des allégations », insiste-t-il, promettant par ailleurs une enquête interne. « Des inquiétudes ont été exprimées et nous ne pouvons pas les ignorer. Nous gardons confiance en notre système, mais pour l’instant je ne peux pas vous confirmer ou démentir un piratage informatique », a-t-il également insisté.

Nous gardons confiance en notre système, mais pour l’instant je ne peux pas vous confirmer ou démentir un piratage informatique.

Source : RFI

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme vide (rediffusion)

18 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017