Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Côte d'Ivoire: tirs entendus dans des camps militaires

Des tirs ont été entendus dans la nuit de vendredi à samedi dans deux camps militaires d'Abidjan et de Korhogo, grande ville du nord de la Côte d'Ivoire, a-t-on appris auprès d'habitants.

"On était couchés quand les tirs ont commencé. Il était 01h30. ça a duré jusque après 03h00 (01h00 GMT)du matin. Il y a eu beaucoup de tirs à l'intérieur de l'ancien camp de l'Onuci - opération des Nations unies - occupé actuellement par des militaires", a raconté un habitant du quartier populaire d'Abobo, à Abidjan, joint au téléphone par l'AFP.

"On a eu très peur. On ne sait pas ce qui se passe", a rapporté un autre habitant.

Le calme était revenu samedi matin, selon les riverains du camp.

A Korhogo, des tirs ont également été entendus dans la nuit, également dans un camp de l'armée.

"Les militaires du camp de Korhogo ont commencé à tirer des coups de feu depuis 01h00 du matin, dans leur camp, on ne sait pas pourquoi", a affirmé Adama Coulibaly, un menuisier joint par téléphone.

"Les soldats sont restés dans leur camp et n'ont pas occupé pour l'heure les rues. Personne ne sait pourquoi ils font ça", a poursuivi M. Yéo.

Selon une source proche de l'armée ivoirienne, "ce sont des caporaux de l'armée qui sont à la base de mouvements mais jusque-là on ne connaît pas leurs motivations".

En janvier puis en mai, la Côte d'Ivoire a connu des mutineries d'anciens rebelles intégrés dans l'armée et réclamant le paiement de primes promises. Ils ont fini par obtenir de l'Etat 12 millions de FCFA par tête (18.000 euros).

Environ 6.000 anciens rebelles "démobilisés", qui n'ont pas été intégrés à l'armée, ont eux aussi réclamé des primes, sans succès. Quatre d'entre eux avaient été tués en mai lors de l'intervention des forces de l'ordre pour disperser leur mouvement.

La Côte d'Ivoire a connu une décennie de violente crise entre 2002 et 2011. Le pays était coupé en deux entre les rebelles des Forces nouvelles occupant le nord et l'armée régulière qui avait la maitrise du sud.

Source : AFP 15/07/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018