Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Sahel: Macron va demander à Merkel et Trump de mettre la main au porte-monnaie

Le président français Emmanuel Macron, qui rencontrera séparément jeudi à Paris la chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Donald Trump, demandera à ses partenaires de contribuer au financement de projets de développement et à la force antijihadiste G5 Sahel, a-t-on indiqué de source diplomatique.

La France, présente dans la zone sahélo-saharienne avec 4.000 hommes engagés dans l'opération antiterroriste Barkhane, a poussé à la création d'une force militaire conjointe des pays du G5 Sahel: Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso. Cette force, qui devrait compter 5.000 hommes, nécessite un financement de 423 millions d'euros, loin d'être atteint. Les Etats-Unis notamment se sont montrés très réticents.

"La question est devant nous sur le financement. Il peut être soit multilatéral, soit bilatéral. Nous ne pouvons qu'espérer un accroissement du soutien international et notamment du soutien américain", a indiqué l'Elysée.

Le président américain Donald Trump, invité d'honneur du défilé militaire du 14 juillet à Paris, doit rencontrer M. Macron jeudi après-midi à l'Elysée.

La lutte contre le terrorisme constituera le coeur de l'entretien, et, s'agissant du Sahel, les deux dirigeants "envisageront ensemble les meilleurs moyens de soutenir les 5 pays en question, car c'est notre intérêt commun", selon cette source.

M. Macron devrait aussi demander à la chancelière allemande Angela Merkel, à Paris jeudi pour un conseil franco-allemand, de contribuer à l'aide aux pays du Sahel.

Lors du sommet du G5 Sahel à Bamako en juin, M. Macron avait promis, parallèlement à la force antijihadiste, de créer un fonds d'aide au développement baptisé "Alliance pour le Sahel", en comptant sur une contribution financière de l'Allemagne.

Source : AFP 12/07/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017