Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Niger: un comité de soutien en faveur de Saïf al-Islam Kadhafi voit le jour

Un comité de soutien au fils de Mouammar Kadhafi récemment libéré vient de voir le jour à Niamey, au Niger. Le comité, qui fustige le comportement de la Cour pénale internationale, dénonce ce qu’il appelle le « harcèlement » de la CPI vis-à-vis de Saïf al-Islam Kadhafi, un « espoir », selon eux, pour la renaissance libyenne.

Le comité de soutien à Saïf al-Islam Kadhafi est composé de quelques dizaines de Libyens résidant au Niger, de membres de la société civile nigérienne et d'étudiants.

« On connaît le vrai tribunal de la guerre en Libye, explique un membre du comité, Mohammed Ahmed, par ailleurs ancien journaliste en Libye. Nous organisons cette manifestation pour déclarer notre soutien au peuple libyen, à la Libye et à la personne de Saïf al-Islam qui incarne cet espoir ».

Les organisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens avec notamment les drapeaux verts de l’ancienne Lybie de Mouammar Kadhafi ou des photos géantes de son fils Saïf al-Islam.

Le « charisme d'un leader confirmé »

« Nous soutenons Saïf al-Islam parce qu'en tant que fils de Mouammar Kadhafi, il connaît mieux les grands projets de son père et nous soutenons les projets africains de son père », renchérit un membre de la société civile nigérienne.

Saïf al-Islam compte beaucoup de fans à l’université de Niamey, la capitale, en témoigne cet étudiant en troisième année de lettres : « Saïf al-Islam a été libéré, rappelle-t-il. La CPI s’est sentie interpellée. Il s'agit d'un jeune homme qui a un charisme d’un leader confirmé et avéré ».

Dans quelques semaines, le comité de soutien de Saïf al-Islam organisera d’autres manifestations dans les régions nord du pays.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017