Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

G20: le développement de l’Afrique au menu samedi

Les travaux du sommet du G20 se poursuivent ce samedi à Hambourg dans une ambiance tendue. Une importante manifestation des altermondialistes est prévue à laquelle devraient participer quelque 100 000 personnes.

La police redoute de nouveaux débordements après les affrontements qui ont opposé ces dernières 48 heures manifestants hostiles au G20. Au programme de cette dernière, et c'est assez inhabituel, une séance de travail consacrée à l'Afrique.

Avec notre envoyée spéciale à Hambourg,  Mounia Daoudi

C'était une priorité de la présidence allemande du G20 : aider l'Afrique à devenir attractive pour les investisseurs privés et garantir ainsi son développement économique. Et Angela Merkel n'a pas ménagé sa peine. Deux forums d'affaires ont été organisés, au Kenya et en Allemagne, pour vendre la destination Afrique à des patrons d'entreprises et des fonds d'investissements. Un sommet a même accueilli à Berlin une dizaine de chefs d'Etats Africains pour préparer justement ce G20.

Un moyen de lutter contre l'immigration clandestine

La chancelière allemande ne veut pas d'un énième plan avec des promesses d'aides. Elle souhaite que les pays africains se réforment, qu'ils harmonisent leurs réglementations, qu'ils assurent les risques. Bref qu'ils deviennent des pays où l'on vient investir.

Car les défis sont nombreux. D'ici 2050, la population du continent va doubler pour atteindre les deux milliards et demi d'habitants. Et il faudra créer 22 millions d'emplois chaque année pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail.

La démarche d'Angela Merkel n'est pas sans arrière-pensées et elle ne s'en cache pas d'ailleurs. Aider l'Afrique à se développer, c'est aussi un moyen de lutter contre l'immigration clandestine.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017