Vendredi 20 Octobre 2017
Forum de Paris

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

G5 Sahel: Moussa Faki Mahamat demande le soutien de la communauté internationale

La force militaire africaine chargée de combattre le terrorisme au Sahel n’est pas encore opérationnelle. Elle attend le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette force devrait compter à terme 10 000 hommes.

La France soutient cette initiative de cinq pays, dénommés G5 Sahel, composé du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso. Les Etats-Unis sont encore réticents à la financer. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, qui participait mardi à Berlin à la Conférence sur le partenariat du G20 avec l’Afrique, appelle à un soutien international du G5 Sahel.

Je reviens d'une visite d'une semaine dans les pays du G5 Sahel, qui font face au terrorisme et à la criminalité transfrontalière. C'est pratiquement les zones soit de passage, soit d'origine de la migration. Je me félicite de l'initiative prise par les Etats du G5 Sahel de mettre en place une force conjointe. Ces cinq Etats ont décidé de mettre en place une force de 5000 hommes. Le dossier est actuellement sur la table du Conseil de sécurité pour obtenir un mandat. C'est une initiative qui a besoin et qui mérite d'être soutenue par l'ensemble de la communauté internationale. [Les pays du G5] n'ont pas les moyens, ils ont les hommes.

Moussa Faki Mahamat

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Sory I Guindo à la FEMAFOOT : « Incapable de mettre sur pied un nouveau bureau, ils se chamaillent comme des gamins. Honte à vous ! »

Monde du football malien : Un mélange de torchons et de serviettes

Le tohu-bohu qui a émaillé l'élection du nouveau bureau de la FEMAFOOT nous oblige à sortir des tiroirs un article publié en 2006 par notre confrère Sory I Guindo. A lire absolument !

Lire la suite

Blog

 Modibo Koné :« Le Mali peut créer des millions d’emplois à travers l’Agriculture » 

Pour le Malien Modibo Koné, ni le sous-développement ni le chômage ne sont des fatalités. Le soldat du développement – comme il se définit – expose dans cette interview que nous publions en trois parties, sa vision sur les réformes nécessaires à la transformation de l’Afrique. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Manifestation ton pied mon pied

19 Octobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RCA: faut-il plus de casques bleus?

19  0ctobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017