Jeudi 22 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les Gambiens en colère contre la multiplication des coupures d'électricité

La crise de l’électricité s’intensifie en Gambie en plein ramadan. Les coupures sont de plus en plus nombreuses dans les quartiers autour de Banjul.

Ce n’est pas une nouveauté, mais depuis le début de la semaine, des foyers sont dans le noir pendant des journées entières. Une crise qui touche aussi l’eau courante pour certains foyers qui en sont privés pendant plusieurs heures. La fourniture d’eau et d’électricité dans le pays est assurée par NAWEC (National Water and Electricity Compagny), une entreprise étatique, au bord de la faillite. A Banjul, la colère commence à gronder.

A Kotu, Baboukar n’en peut plus. Il est à la tête d’une équipe de tailleurs de sept personnes. Et seules une machine à coudre manuelle et une alimentée par un petit générateur fonctionnent. Alors depuis trois jours, sa boutique tourne au ralenti.

« Vous voyez la machine manuelle, on peut s'en servir que pour les petits travaux de couture. Je guette l’électricité jour et nuit. Oui, je suis en colère, on a besoin de travailler, j’ai une famille et je n’ai rien à leur donner ! »

De nombreux Gambiens se déchaînent aujourd’hui sur les réseaux sociaux contre l’entreprise d’Etat NAWEC (National Water and Electricity Compagny).

Selon son directeur adjoint, Nani Juwara, la société doit fournir de l’électricité à 2 millions d’habitants avec des générateurs hors d’âge.

« Lorsque NAWEC les a reçues, c’était déjà des machines d’occasion, explique-t-il. Et on les a utilisées pendant ces quelque quinze dernières années, voire plus ! Aujourd'hui, on a réussi à réparer un générateur sur les quatre qui sont en panne. »

Pour l’instant, NAWEC produit 45 mégawatt par jour contre les 70 dont a besoin la région autour de Banjul. Résultat : même leurs bureaux sont dans le noir pendant l’interview.

Alors réparer les générateurs oui, mais Nani Juwara veut aussi des plans à long terme. « On pourrait mettre en place une coopération transfrontalière avec le Sénégal. On envisage aussi d’autoriser des investisseurs privés à produire de l’électricité, en tant que producteurs indépendants. En tout cas, on veut trouver une solution définitive à ce problème », assure-t-il.

Des problèmes d’eau courante sont aussi survenus cette semaine, à cause d’une rupture de conduite qui devrait être réparée dans les prochains jours.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Droit de grève (rediffusion)

21 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Crise politique en RDC: l'Eglise déterminée

21 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018