Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La Cédéao donne son accord de principe pour l'adhésion du Maroc (déclaration finale)

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays) a donné son accord de principe à la demande d'adhésion du Maroc, lors d'un sommet dimanche à Monrovia, selon le communiqué final.

Parmi les sujets à l'ordre du jour, les dirigeants ouest-africains devaient examiner une demande d'adhésion du Maroc, officiellement candidat depuis février, à la suite de son retour en janvier au sein de l'Union africaine, de statut d'observateur pour la Tunisie, et se prononcer sur un accord d'association avec la Mauritanie.

Ils ont "exprimé un soutien général pour la demande du royaume du Maroc, compte tenu des liens forts et multidimensionnels qu'il entretient avec les Etats membres".

Les chefs d'Etat ont "chargé la Commission d'examiner les implications d'une adhésion du royaume du Maroc au regard des dispositions des traités de la Cédéao et de soumettre ses conclusions" au prochain sommet de l'organisation, selon le texte.

"La séquence politique (de l'adhésion du Maroc) vient de s'achever. Elle ouvre la voie à une séquence juridique qui doit rendre cette adhésion effective. Viendra ensuite une séquence technique, où il faudra négocier secteur par secteur", a expliqué à l'AFP une source diplomatique marocaine haut placée.

"Il y eu un très large soutien: de la Côte d'Ivoire, du Nigeria, du Sénégal, de la Sierra Leone, de la Gambie, du Burkina...", a indiqué cette source.

"Six mois après le retour du Maroc à l'UA, le Maroc fait son entrée à la Cédéao", s'est-elle félicitée, soulignant que le roi Mohammed VI avait été invité au prochain sommet de l'organisation.

"L'Afrique de l'Ouest sera un acteur clé des relations interafricaines, et des défis du continent", selon la même source.

Le roi du Maroc a renoncé à assister au sommet de Monrovia en raison de tensions, selon Rabat, dues à l'invitation adressée au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

S'agissant de l'accord d'association avec la Mauritanie, les chefs d'Etat ont estimé que pour en bénéficier, ce pays, ancien membre de la Cédéao, devrait plutôt "présenter une demande de pleine adhésion", selon le communiqué.

La Mauritanie avait quitté la Cédéao en 2000, préférant son appartenance à l'Union du Maghreb arabe (UMA) qu'elle partage avec l'Algérie, la Libye, le Maroc et la Tunisie.

Les dirigeants ouest-africains ont en revanche approuvé la demande de statut d'observateur de la Tunisie, sous réserve de vérification par la Commission de la Cédéao du respect de ses règles en la matière.

Source : AFP 05/06/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017