Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Somalie: des soldats se mutinent pour réclamer leurs arriérés de salaires

Ce jeudi 18 mai au matin, une centaine de soldats de l'armée somalienne ont dressé des barrages et pris possession du bâtiment du ministère de la Défense à Mogadiscio pour exiger le paiement d'arriérés de salaires.

Les retards dans le versement des soldes sont un problème récurrent un peu partout sur le territoire somalien, là du moins où il existe des contingents importants, payés par le gouvernement. Il faut dire que les forces armées, en Somalie, sont, la plupart du temps, de jeunes miliciens, qui obéissent à des chefs de clan ou à des hommes politiques, qui sont aussi souvent des hommes d'affaires.

Cette fois, ce sont bel et bien des soldats de l'armée régulière somalienne qui se sont organisés pour revendiquer le paiement de leurs soldes. Un paiement souvent retardé par une administration pas toujours efficace. Selon un journaliste somalien, c'est après avoir entendu le nouveau président Farmajo promettre le versement régulier des payes des fonctionnaires qu'ils ont décidé de réagir.

A bord de leurs pick-up, ils ont bloqué les rues autour du ministère de la Défense, ce jeudi matin. Sans violence, ils ont fini par investir le bâtiment lui-même pour faire valoir leurs revendications. En mars dernier, ils s'étaient contentés de bloquer plusieurs routes de Mogadiscio pour réclamer 15 mois d'arriérés de salaires à l'ancien président Hassan Cheikh Mohamoud.

Ces soldats sont très exposés à la violence des jihadistes d'Al-Shabab. Ce jeudi, encore, à Mogadiscio, trois démineurs ont été tués dans l'explosion d'un voiture piégée qui se dirigeait vers le centre-ville, et qu'ils s'efforçaient de désamorcer.

Source : RFI 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017