Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Burkina Faso: grogne des policiers chargés de la sécurité des lieux publics

Au Burkina Faso, les banques, hôtels, restaurants ou écoles ont été désertés par la police ce mardi 18 avril. Depuis les derniers attentats dans la région, ces structures paient de l'argent à la police pour assurer leur sécurité.

Problème, les policiers chargés de la sécurisation de ces lieux refusent d'assurer le service tant que leurs chefs ne font pas toute la lumière sur les sommes perçues dans le cadre de ces services payés.

La tension était palpable devant le camp du Groupement des compagnies républicaines de sécurité (CRS), ce mardi 18 avril. Les policiers accusent certains de leurs patrons de détournement des frais de mission à l'occasion des services payés. Ils exigent alors le départ du directeur général de la police.

« La plateforme revendicative de l’Unapol [Union Police nationale] doit être exécutée. Deuxièmement, le départ du DG. Troisièmement les contrats authentiques, sans les contrats nous n’allons pas travailler, réclame un de leurs représentants. La police est une institution étatique qui se respecte. Pourquoi des contrats verbaux ? La police nationale, c’est une société de gardiennage ? Est-ce que le directeur général peut se permettre de négocier avec les banquiers pour fixer un prix... »

Le gouvernement menace

Vu la tournure que prend ce mouvement, le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, a rencontré les policiers frondeurs à l'Ecole nationale de police. Après plus d'une heure d'explication sur le mécanisme mis en place pour dépouiller tous les contrats et accords concernant les services payés, le ministre demande une reprise du travail.

« Moi, je ne discute pas d’enlever ou pas le directeur général, a-t-il déclaré. Ce n’est pas de votre ressort. On a trompé des tout jeunes de ne pas aller dans les banques, de ne pas aller dans les assurances. S’ils n’y vont pas, ça veut dire qu’ils refusent d’exécuter des missions qu’on leur confie. Et si un fonctionnaire, qu’il soit fonctionnaire de police ou autre, refuse d’exécuter de travailler, il sait les conséquences. »

Missions publiques assurées

Pour les policiers mécontents, les missions publiques seront assurées. Mais il est hors de question que des sociétés privés soient sécurisées sans la satisfaction de leurs revendications.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018