Jeudi 19 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Corée du Nord: Pyongyang montre ses muscles et fait face aux Etats-Unis

Tensions sur la péninsule coréenne. Alors que la Corée du Nord organise une grande parade militaire dans sa capitale pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, le fondateur du régime, beaucoup d'observateurs craignent un nouvel essai nucléaire souterrain ou un nouveau tir de missile.

Décidés à en dissuader Pyongyang, les Etats-Unis ont déployé un porte-avion dans la région. Après les frappes américaines en Syrie et en Afghanistan, ce déploiement soulève des inquiétudes concernant la réaction américaine en cas de « provocation » nord-coréenne. Mais à Séoul, en Corée du Sud, tout est calme.

Avec notre correspondant à Séoul,Frédéric Ojardias

Des chars d'assaut, des missiles, des soldats qui marchent au pas de l'oie, et une foule impeccablement alignée. La Corée du Nord organise une nouvelle parade militaire monumentale pour le 105e anniversaire de son fondateur, en présence du dirigeant actuel, Kim Jong-un, habillé en civil.

Pour la première fois, Pyongyang a présenté lors du défilé un missile mer-sol balistique. D'après l'armée sud-coréenne, il s'agirait de missiles intercontinentaux.

Le régime étale ainsi sa puissance et refuse de se laisser intimider : un essai nucléaire aura lieu « quand le commandement le décidera », a assuré jeudi 13 avril son vice-ministre des affaires étrangères. « Nous entrerons en guerre si [Washington] le désire » a-t-il ajouté.

Pas d'inquiétude au Sud

A Séoul, ces bruits de bottes ne suscitent aucune panique. Les Sud-Coréens sont habitués aux bravades du régime nord-coréen. Ils s'intéressent, à vrai dire, surtout à leur campagne présidentielle en cours. Il faut dire que les tensions s'aggravent chaque année en avril, mois d'exercices militaires et d'opérations de propagande au Nord.

Seule donnée nouvelle dans l'équation nord-coréenne : Donald Trump, ses tweets menaçants et son imprévisibilité. Mais l'arrivée à Séoul demain de Mike Pence, le vice-président américain, est vue comme le signe qu'un embrasement n'est pas à l'ordre du jour.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018