Vendredi 28 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Corée du Nord: Pyongyang montre ses muscles et fait face aux Etats-Unis

Tensions sur la péninsule coréenne. Alors que la Corée du Nord organise une grande parade militaire dans sa capitale pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, le fondateur du régime, beaucoup d'observateurs craignent un nouvel essai nucléaire souterrain ou un nouveau tir de missile.

Décidés à en dissuader Pyongyang, les Etats-Unis ont déployé un porte-avion dans la région. Après les frappes américaines en Syrie et en Afghanistan, ce déploiement soulève des inquiétudes concernant la réaction américaine en cas de « provocation » nord-coréenne. Mais à Séoul, en Corée du Sud, tout est calme.

Avec notre correspondant à Séoul,Frédéric Ojardias

Des chars d'assaut, des missiles, des soldats qui marchent au pas de l'oie, et une foule impeccablement alignée. La Corée du Nord organise une nouvelle parade militaire monumentale pour le 105e anniversaire de son fondateur, en présence du dirigeant actuel, Kim Jong-un, habillé en civil.

Pour la première fois, Pyongyang a présenté lors du défilé un missile mer-sol balistique. D'après l'armée sud-coréenne, il s'agirait de missiles intercontinentaux.

Le régime étale ainsi sa puissance et refuse de se laisser intimider : un essai nucléaire aura lieu « quand le commandement le décidera », a assuré jeudi 13 avril son vice-ministre des affaires étrangères. « Nous entrerons en guerre si [Washington] le désire » a-t-il ajouté.

Pas d'inquiétude au Sud

A Séoul, ces bruits de bottes ne suscitent aucune panique. Les Sud-Coréens sont habitués aux bravades du régime nord-coréen. Ils s'intéressent, à vrai dire, surtout à leur campagne présidentielle en cours. Il faut dire que les tensions s'aggravent chaque année en avril, mois d'exercices militaires et d'opérations de propagande au Nord.

Seule donnée nouvelle dans l'équation nord-coréenne : Donald Trump, ses tweets menaçants et son imprévisibilité. Mais l'arrivée à Séoul demain de Mike Pence, le vice-président américain, est vue comme le signe qu'un embrasement n'est pas à l'ordre du jour.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

27 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Guinée: vers un troisième mandat d'Alpha Condé?

27 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017