Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Lycéennes de Chibok: trois ans après, des disparues tombées dans l’oubli

Trois ans jour pour jour après l’enlèvement de 276 jeunes lycéennes à Chibok, une localité dans le nord-est du Nigeria, 195 d’entre elles sont toujours portées disparues. Mais cet enlèvement de masse semble aujourd'hui être tombé dans l'oubli.

Cette question suscite peu d'intérêt des Nigérians, qui sont davantage préoccupés par la récession qui les affecte au quotidien.

A Lagos, le groupe local du collectif #BringBackOurGirls est pile à l’heure ce jeudi pour son rendez-vous avec le gouverneur Akinwunmi Ambode. Tout de rouge vêtus, ils ont convergé vers le quartier d'Alausa, le siège de l'Etat de Lagos. « On nous a informés qu'il fallait patienter un peu. Que quelqu'un allait sortir. Nous sommes là, nous chantons, nous parlons. C'est très important, parce que pour nous les enfants sont précieux, vraiment précieux », confie Habiba Balogun, à la tête du cortège.

L'accès au palais du gouverneur est bloqué par un cordon de policiers en tenue et des barrières métalliques. Des agents en costume se rapprochent, talkie-walkie à l'oreille. Puis arrivent deux émissaires du gouverneur de Lagos. Habiba les interpelle : « Je sais que vous ne nous considérez pas comme des criminels. Mais qu'est-ce qui fait que maintenant on ne nous donne plus accès au gouverneur comme auparavant ? »

L'un des deux hommes transmet le message officiel du gouverneur. « Notre sincère sympathie, en tant qu'Etat confédéré, va aux familles de ces filles. Et cela me conduit à vous dire, que le gouvernement fédéral et spécialement sous la présidence de Muhammadu Buhari n'a pas économisé ses efforts pour leur libération », assure Seye Oledejo, commissaire aux affaires spéciales.

Dans les rangs des manifestants, Ayo Obe est cependant loin d'être convaincue. Elle est mobilisée depuis trois ans pour la libération des lycéennes de Chibok. « Quand vous n'avez pas de réseau, quand vous êtes pauvre, le message est vous devriez disparaître. Vous devriez emporter avec vous vos problèmes et ne pas déranger les autorités. Ce gouvernement pense que cette affaire va être mise sous le tapis. C'est la même chose que sous le gouvernement précédent », dénonce-t-elle.

Un manque d'informations

Trois ans après l'enlèvement des lycéennes de Chibok, c'est avec amertume que les familles de victimes tentent de sensibiliser les Nigérians. Pendant une semaine, le collectif #BringBackOurGirls était ainsi en campagne à Abuja, Lagos et Maiduguri. Ce vendredi, le collectif organise une conférence avec l'émir de Kano, très sensible au sort des jeunes disparues.

Mais de manière générale, « nous n'avons pas d'informations sur les filles kidnappées par Boko Haram », affirme Allen Manasseh, un des membres du mouvement. Ce manque d'information pèse sur les familles de victimes, laissant place à une série d'interrogations et de doutes. « Les 21 lycéennes libérées en octobre dernier sont enfermées par les services secrets qui continuent de les interroger », dénonce un membre du collectif. Ce père de famille déplore le manque de communication des autorités autour de leur santé physique et morale. « Comment vont-elles ? Quel type d'éducation leur inculque-t-on ? » s'interroge cette source.

De son côté, Amnesty International profite de ce triste anniversaire pour interpeller le gouvernement sur la sécurité de ces nombreuses autres jeunes filles enlevées de force par Boko Haram. L’ONG a documenté 41 cas d'enlèvements massifs depuis 2014. Des enlèvements qui n'ont, selon Amnesty, pas du tout été médiatisés et peu évoqués par les autorités nigérianes.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018