Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

UEMOA: la lutte contre la pauvreté, priorité d'A. Boureima, chef de la Commission

A Abidjan, se tenait ce lundi 10 avril un conseil extraordinaire des 8 pays de l'UEMOA qui ont le franc CFA comme monnaie commune. La population globale de l'Uemoa avoisine les 90 millions d'habitants.

La politique d'échange et de développement de cette union économique et monétaire est dictée par les président des Etats membres et la Commission, qui siège à Ouagadougou, en est le maître d'œuvre. Hier lundi, à Abidjan, les huit chefs d'Etat se sont mis d'accord pour trouver un successeur au président de la Commission sortant, Cheikh Hadjibou Soumaré. Le Nigérien Abdallah Boureima a été choisi.

Les chefs d'Etat, lors de leur discours de clôture, ont marqué leur préoccupation commune contre le terrorisme dans la sous-région. Un terrorisme qui croît sur le terreau de la pauvreté d'où des actions urgentes à mener en faveur du développement.

C'est le rôle, entre autres, de la commission de l'UEMOA dirigée désormais par Abdallah Boureima. « Tous les chantiers de l’Uemoa sont des chantiers contre la pauvreté, nous explique le nouveau président de la Commission. L’objectif est vraiment de créer des conditions pour le mieux-être des populations de l’union ; qu’il s’agisse des politiques sectorielles ou des autres politiques communautaires, toutes ont en commun la lutte contre la pauvreté dans notre espace sous-régional. »

Un travail déjà entamé sous le mandat de son prédécesseur le Sénégalais Cheikh Hadjibou Soumaré. Un programme de 3000 points d’eau a déjà été mis en oeuvre, nous explique le président sortant, et il devrait être porté à  8000 points d’eau. « Sur l’énergie aussi, sur laquelle doit s’appuyer le développement, nous avons un programme régional très important, nous avons déjà investi 229 milliards… », ajoute Hadjibou Soumaré.

229 milliards de FCFA pour l'énergie dans l'union, un chiffre à mettre en rapport avec ce que la Côte d’Ivoire par exemple a dû dépenser pour lutter contre le terrorisme au lendemain de l'attentat de Grand Bassam (mars 2016) : 80 milliards de FCFA, soit un demi-point du PIB national.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018