Vendredi 28 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Agressions en Inde: des diplomates africains dénoncent le manque de réaction

L’Inde a rejeté lundi 3 avril les accusations des diplomates de 44 pays africains qui l’ont accusée de ne pas en faire assez pour mettre un terme aux agressions dont de jeunes Africains sont parfois victimes.

Dans un rare communiqué, des ambassadeurs du continent avaient estimé que le gouvernement indien n'avait pas pris, face aux violences, « des mesures dissuasives suffisantes ». New Delhi réplique que ces accusations sont « regrettables » et que l'enquête concernant le récent passage à tabac de Nigérians dans la lointaine banlieue de Delhi suit son cours.

La semaine dernière, un jeune Indien disparaît d'un quartier de la banlieue de New Delhi. Les voisins affirment l'avoir vu avec des Nigérians et accusent donc ces derniers de l'avoir tué, voire de l'avoir mangé, rapporte notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farci. Le garçon est finalement retrouvé mort dans la rue, la police assure que les Africains ne sont pas responsables. C'est alors que des dizaines d'Indiens passent cinq Nigérians à tabac. La ministre des Affaires étrangères dit regretter ces actes criminels isolés, plusieurs personnes sont arrêtées, mais jamais il n'est question pour elle de « racisme ».

Vendredi, une quarantaine de diplomates africains ont donc rédigé un communiqué de presse, publié lundi, condamnant gravement la hausse des attaques racistes dans le pays et menaçant New Delhi de porter l’affaire devant les instances internationales. Une démarche assez rare pour être soulignée. Ils y accusent les autorités indiennes de ne pas « suffisamment condamner » les agressions dont sont parfois victimes les Africains. « Nous considérons que les récentes attaques contre des Africains sont xénophobes et racistes par nature, et que le gouvernement indien ne les a pas suffisamment condamnées. »

La réprobation du groupe des ambassadeurs africains en Inde est forte et pointe du doigt un problème récurrent : les autorités indiennes refusent de considérer les fréquentes agressions contre des Africains comme des actes racistes et donc d'agir pour éviter qu'elles se répètent. Parce que les incidents de la semaine dernière ne sont pas les premiers du genre. Un jeune Congolais a même été tué en pleine rue, l'an dernier, après une querelle avec un chauffeur de rickshaw.

Mais la réaction de Delhi aujourd'hui a été tout sauf vigoureuse. Le ministère des Affaires étrangères a dit déplorer que les violences aient été qualifiées de « xénophobes » et « raciales » par des diplomates avant la conclusion de l’enquête de police. Le ministère rappelle qu’il avait réagi rapidement en décrivant le passage à tabac des Nigérians comme « inacceptable ». Selon le communiqué, les institutions indiennes suffiront à faire face à des crimes qualifiés d’« aberrations ».

New Delhi essaie d'accroître les échanges économiques avec ces pays émergents africains et leur a même offert 50 000 bourses d'études. Mais les ambassadeurs en ont assez des belles paroles : ils ont pour la première fois affirmé qu'ils étaient prêts à porter l'affaire devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

27 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Guinée: vers un troisième mandat d'Alpha Condé?

27 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017