Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Egypte: la justice autorise la remise en liberté de Moubarak

En Egypte, le procureur général a ordonné lundi la libération de l’ex-président Hosni Moubarak après l’accomplissement de sa peine de trois années de prison pour corruption dans l’affaire de la rénovation des palais présidentiels.

Début mars, la Cour de cassation avait prononcé un non-lieu en faveur de Moubarak au terme d’un long procès où il était accusé d’avoir ordonné le meurtre de manifestants lors du soulèvement qui l’a forcé à se désister du pouvoir en 2011.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

L’annonce officielle de la libération de Moubarak est aussi celle de l’enterrement symbolique de ce qui avait été surnommé « le printemps égyptien ». Celui contre lequel des millions d’Egyptiens s’étaient révoltés pourra regagner son domicile dans quelques jours a annoncé son avocat, dès que les médecins de l’hôpital militaire, où l’ex-général de 88 ans a passé le plus clair de sa détention, le permettront.

Toutefois Moubarak est toujours sous le coup d’une interdiction de quitter le territoire dans le cadre d’une enquête sur son éventuel enrichissement illicite.

Une enquête qui n’a pas beaucoup progressé depuis 2011. A l’époque on avait évoqué la possibilité de récupérer 76 milliards de dollars que les Moubarak auraient placés à l’étranger. Non seulement les avoirs gelés à l’étranger sont très loin de cette somme mirobolante, mais, de plus, les experts se demandent si un seul dollar sera récupéré maintenant que Moubarak est libre.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018