Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

L’ONU veut suspendre la solde des casques bleus accusés d’abus sexuels

Antonio Guterres, le Secrétaire général de l’ONU, a présenté son nouveau plan pour tenter d’enrayer la vague d’abus sexuels qui a touché les opérations de maintien de la paix en 2016. Mais devant la levée de boucliers suscitée par ses mesures punitives, l’ONU a dû revoir ses ambitions à la baisse.

Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

Antonio Guterres aurait voulu taper très fort en suspendant les paiements des contingents des pays impliqués dans des abus sexuels. Mais devant l’hostilité des pays contributeurs de troupes, l’organisation a dû faire marche arrière et annoncer seulement la suspension de la solde des casques bleus incriminés.

Cela existe déjà actuellement et cet argent est versé à un fonds d’aide aux victimes, pour l’instant doté de 49 000 dollars. L’ONU espère pouvoir étendre cette mesure au contingent entier dans le cas où les poursuites judiciaires tarderaient à se mettre en place.

Mais ce plan, qui se voulait ambitieux, s’est donc réduit à peau de chagrin. Il avait en fait un double objectif : montrer la détermination de l’ONU à combattre un fléau qui a fait 145 victimes en 2016 mais surtout montrer aux Américains qui veulent réduire les budgets alloués aux opérations de maintien de la paix que le secrétariat est mobilisé.

Antonio Guterres a par ailleurs annoncé la nomination d’un expert pour défendre les droits des victimes, la création d’une équipe d’enquêteurs pour mieux examiner les allégations et l’interdiction de consommer de l’alcool en mission.

Nous soutenons et nous saluons cette démarche. Les violences sexuelles sont un véritable fléau…

Réaction d'Aymeric Elluin, chargé de plaidoyer armes et impunité chez Amnesty France.

- Par Esdras Ndikumana

Source: RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017