Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Boko Haram: premières condamnations dans le procès de masse au Niger

Le procès de présumés combattants de Boko Haram s'est ouvert dans la plus grande discrétion à Niamey depuis le 2 mars dernier, sous très haute surveillance policière.

Au total, 1 300 hommes seront jugés d'ici les prochains mois par vague de 250 à 350 combattants. Ces procès permettent aux autorités judiciaires du Niger de désengorger les prisons de haute sécurité du pays.

Dans une des salles annexes d’audience du pôle terroriste où se tient le procès, il y a plus de forces anti-terroristes que de combattants présumés de Boko Haram. Sécurité oblige, l’audience se tient sous très haute surveillance.

« Je pense que les dossiers sont en train de nous parvenir de façon à ce qu’on puisse avoir une cadence au moins de 250 à 350 personnes peut-être à juger par mois, ou une fois tous les deux mois », explique le procureur de la République, Cheibou Samna.

Pour le bon déroulement du procès, un interprète maitrisant les langues locales dans le lit du lac Tchad a fait le déplacement à Niamey. Les droits des accusés doivent être respectés : « Les juges qui sont chargés du jugement de ces affaires prennent vraiment assez de temps pour écouter les personnes qui sont mises en cause. Des auditions qui peuvent durer des heures et des heures, sinon toute une matinée. »

Les premières condamnations sont déjà connues. Les prisons de haute sécurité seront bientôt désengorgées. « Les premières notes qu’on peut relever, c’est que les condamnations pour ceux qui ont été déclarés coupables varient de 9 ans à 4 ans », précise le procureur de la République.

Quant aux infractions criminelles commises par les éléments de Boko Haram, elles seront bientôt jugées par la chambre des jugements de la cour d’appel de Niamey.

« Un évolution plutôt positive »

Pour Moussa Tchangari, secrétaire général de l’association Alternative espaces citoyens, il était temps de commencer ces audiences alors que beaucoup de présumés coupables croupissaient en prison depuis des mois sans jugement : « C’est une situation très préoccupante, mais le fait qu’on veuille maintenant accélérer le processus de la justice, a priori c’est une évolution plutôt positive même si ça ne se fait pas dans les conditions qu’on aurait souhaitées en termes de transparence, de défense… »

Je pense que presque tout le monde est convaincu maintenant que beaucoup de gens sont détenus presque pour rien.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018