Jeudi 14 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Madagascar: le cyclone Enawo a fait au moins 5 morts et plus de 12 000 sinistrés

Barrage rompu dans le nord, éboulements, routes coupées et coupures d'électricité à l'est, rivières qui sortent de leur lit sur les Hauts-Plateaux, toitures arrachées... Enawo, le cyclone devenu tempête tropicale, continue de faire des dégâts à Madagascar.

Mercredi soir à minuit, le cyclone était au sud-est de la capitale. Tous les aéroports et aérodromes du pays sont fermés jusqu'à nouvel ordre. RFI s'est rendu au Bureau national de gestion des risques et catastrophes, l'entité qui recueille les données sur le terrain et pilote les opérations de secours. Malgré une forte diminution de son intensité (vents moyens à 60 km/h et rafales à 90km/h), et un reclassement en tempête tropicale, plusieurs zones du pays restaient encore en alerte rouge.

16h. Dans moins d'une heure, Enawo aura touché la capitale. Au BNGRC, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes, la dizaine de membres qui se relaient 24h sur 24 dans la cellule de veille s'affairent à collecter et recouper les informations qui lui parviennent sur les dégâts déjà causés par le cyclone.

Les sources sont nombreuses, comme l'explique le lieutenant-colonel Philippe Risser, coopérant français dans le domaine de la protection civile. « On a bien sûr le réseau étatique. Donc, là ça part du fokotany, c'est-à-dire du niveau du village ou du quartier dans la commune, en passant par la région, où là on a un préfet. On reçoit aussi des informations des ONG, type Croix-Rouge Malagasy. On a aussi le réseau des Nations unies qui ont un certain nombre d'agences avec des gens prépositionnés sur le terrain. Et ensuite, pour finir, le réseau informel : des coups de téléphone que l'on peut avoir, des mails de personnes ressources, qui nous envoient des informations qu'il faut bien sûr ensuite traiter », détaille-t-il.

Mais malgré tous ces relais, il est parfois très compliqué d'obtenir des informations. « C'est surtout les soucis de communication (coupures d'électricité, routes inondées, éboulements, ndlr) qui posent problème actuellement, explique John Razafimandimby, le directeur du centre de veille et d'orientation du BNGRC. Il y a des zones qu'on n'arrive pas encore à joindre. Donc là, on n'a pas encore d'informations sûres et fiables dans ces zones-là. »

L'étape suivante sera de planifier les interventions de secours d'urgence. D'après la Croix-Rouge, 700 000 personnes pourraient être affectées par Enawo. Le dernier bilan daté de mercredi soir fait état de cinq morts, plus de 10 000 déplacés et 12 300 sinistrés, essentiellement localisés sur la façade Est de l'île, entre Maroantsetra et Mahambo.

Reportage dans le quartier défavorisé de Réunion Kely à Antananarivo

Par Sarah Tétaud

Source: RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi servent les sommets ?

13 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Togo: vers un dialogue?

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017