Mercredi 28 Octobre 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Caisse malienne de sécurité sociale : Une cheffe indélicate ?

Une voiture de livraison, marque « Renault Kangoo » immatriculée BJ 5870 MD, louée à des fortunes à la Direction générale de la Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS) est au centre d’une polémique qui ébranle l’un des établissements publics les plus sensibles du pays. Cet épisode au relent fâcheux ne serait que la partie visible des indélicatesses dans une structure qui semble désormais installée dans la gabegie financière. Dotée d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière, sa comptabilité est aujourd’hui mise à rude épreuve d’autant que les 2/3 du budget alloué au prochain exercice budgétaire ont déjà volé en éclat.

Après le sulfureux épisode de la location de deux marchés de location de matériels informatiques, avec une société de la place, à des centaines de millions de nos francs, la Directrice générale de la CMSS, Dieminatou Sangaré revient à la charge.

Une réelle inquiétude plane sur le fonctionnement de la CMSS dont la mission fondamentale reste la gestion des régimes de pensions des fonctionnaires, des militaires, des députés et de tout autre régime ou branche que l'Etat lui confie. Aujourd’hui la structure semble tourner au ralenti, et c’est l’épisode du véhicule servant à la distribution du courrier qui ravive le débat de la mauvaise gestion reprochée à la DG Diaminatou Sangaré, depuis son arrivée à la tête de la structure le 10 juillet 2019.

L’entreprise estampillée « Pul Sar » bénéficiaire du scandaleux marché se frotte bien les mains avec son véhicule de 5 places, mis en circulation en 2005 et mise à la disposition de la CMSS depuis juin 2020.

Le contrat N’111 signé et notifié le 28 mai 2020 à la direction de cette entreprise et la directrice générale de la CMSS a autorisé la location du véhicule pour les mois de juin, juillet et août 2020. 4 779 000 F CFA.

La petite Renault a en effet une histoire toute particulière. Elle a, grâce à la complicité de la DG Sangaré Dieminatou, traversé toutes les étapes pour être imposée au service des finances et de la comptabilité de la CMSS.  

Les subalternes de la Directrice générale avaient en son temps opposé un non-recevoir à sa volonté de diligenter l’achat dudit véhicule. La facture proforma soumise le 7 mai par le prestataire atteste cela et laisse lire un montant de 4 150 000 F CFA comme prix d’achat.  L’argument des financiers de la CMSS, qui ont bravé à juste raison les désidératas de la patronne, reposait essentiellement sur le fait que les critères autorisant l’achat d’une telle « vieillerie » étaient loin d’être réunis.

En lieu et place de l’achat, le véhicule est loué contre un montant astronomique : 4 779 000 F CFA versés par la CMSS au titre de frais de location pour les mois de juin, juillet, août 2020. 

Un autre cliché qui met à nu les indélicatesses de la DG, la patronne arrivée mi 2019 s’est battue bec et ongle pour le renouvellement de son véhicule de liaison marque V8. Ledit véhicule a à peine 3 ans.

La directrice générale s’est donc résolu à l’utiliser à des fins personnelles employant un chauffeur privé, alors que la CMSS en compte une kyrielle. Ce qui n’est pas formellement prévu par les dispositions du décret N°94 – 200 /P-RM fixant le régime d’utilisation des véhicules des Etablissements publics à caractère administratif.

L’article 20 de cette loi indique que le renouvellement des véhicules ne peut intervenir qu’après 4 ans minimum pour les véhicules légers et 5 ans pour les autres catégories de véhicules.

Les huit autres véhicules de liaison que compte sa structure subissent le même sort au détriment des textes. Ces véhicules ont été arbitrairement cédé aux chefs de division alors que ce sont les mêmes qui sont censé servir pour les missions à l’intérieur du pays.

Le sulfureux projet de rénovations

Autre gros scandale, Mme Dieminatou Sangaré depuis son arrivée en mi 2019 a initié des travaux dits de rénovation sur le bâtiment servant d’annexe pour la CMSS. Réceptionné il y a seulement 4 ans (en 2016), ce bâtiment a couté la bagatelle de plus d’un 1 milliards F CFA. Le hic, la DG a concocté le montant de la rénovation, le fixant à 1 milliards F CFA. Après le refus du Conseil d’administration de valider ce montant jugé faramineux et injustifiable, la patronne des lieux s’est alors rabattue sur la direction du budget, qui elle aussi a opposé une fin de non-recevoir. 

Sa nouvelle stratégie, empêcher les agents de déménager dans le nouveau siège et les orienter dans un bâtiment loué à Sebenicoro. C’est le même cas de figure à l’antenne régionale de la CMSS à Ségou, où la DG a décidé de faire évacuer le personnel vers un bâtiment loué à grand frais, creusant un trou abyssal dans les caisses de la CMSS.

La facture de juin 2020 au titre des frais de loyer du deuxième semestre de l’année 2020 (de juillet à décembre 2020) soumise par la société dite de « Prestation sécuritaire » a couté à la CMSS la somme de 45 000 000 F CFA. On peut en clair voir sur le fameux contrat de bail que la CMSS décaisse chaque mois la somme de 7 000 000 F CFA en frais de loyer. 

Après moult tentatives de rentrer physiquement en contact avec la directrice générale, il n’était pas non plus possible d’avoir un interlocuteur répondant au nom de la direction générale via la ligne téléphonique officielle.

Mais le secrétaire général de la section syndicale non moins chef du personnel, Thierno Madani Thiam, prends des gants. Le chef syndical estime que les choses se passent plutôt bien à la CMSS, dans la mesure où la directrice générale, Dieminatou Sangaré, n’a jamais rien imposé. Il assure que : « Toutes les grandes décisions sont passées au peigne fin par le collège des 12 membres de Conseil d’administration, avant d’être exécutées ».

Climat d’inquiétude

Ce que d’aucuns qualifient comme un laisser-aller inquiète aujourd’hui plus d’un travailleur à la CMSS.  En effet depuis son arrivée à la tête de la CMSS en 2019, Diaminatou Sangaré, n’en ferait qu’à sa tête, à en croire certains de ses collaborateurs. « Elle a essayé de me tordre le bras, de manière à m’obliger à agir contre les textes », nous a confié un financier de la structure, sous anonymat, évoquant un dossier qui aurait dû respecter les normes.

Ne voulant donc pas connaitre le même sort que d’autres structures étatiques ayant fermé boutique à cause de la gabegie, les travailleurs de la CMSS craignent pour d’éventuelles mesures de compression contre la masse laborieuse.

FACTURE CONTRATS de bail SEBENIKORO

Document de Location

 

Par Alcofris Dem

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Édito : IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Quelle action imprimer désormais à la marche de l'État ?

Le Mali, en pièces détachées, les positions se cristallisent, la gouvernance orageuse et le peuple meurtri. L'urgence, c'est de sauver la patrie en danger. Tout le reste n'est que littérature. 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Virus du 3ème mandat en Afrique : comment en finir ?

23 Octobre


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit M. Mamadou Hawa Gassama, ancien Député de Yelimane, membre de l’URD.

20 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2020